Étude sur l'urbanisation des pays du sud

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1229 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
N°5060354

Etude spécifique n°13
Jacques Véron – La moitié de la population vit en ville.

Le document que nous nous proposons de synthétiser ici, est une démonstration qui expose les liaisons du développement économique et social, à l’urbanisation, conséquence pour un pays, de sa croissance démographique. Jacques Véron, démographe et directeur des relations internationales à l’INED(Institut National d’Etudes Démographique), mène ses recherches sur le développement durable et les populations, notamment celles des pays en voie de développement comme l’Inde ; c’est à peu près ce qu’il nous propose dans La moitié de la population vit en ville. A l’aide de tableaux statistiques commentés, il met le doigt sur les mécanismes d’urbanisation et les situations qui en résultent qui sont,selon toutes vraisemblances, très différents d’un hémisphère à l’autre, nous entendons, des pays développés à ceux qui sont en voie de l’être. En effet, l’étude questionne le modèle occidental sur son universalité, et met sérieusement en doute son adaptation au développement démographique et urbain, que vivent les pays émergents, c'est-à-dire, que l’urbanisation de ces pays, n’amène pasautomatiquement les progrès nécessaires au « développement ».
En cinq points, Jacques Véron nous convainc rapidement des différences fondamentales d’urbanisation entre l’Occident et le « Tiers-monde ».

L’Afrique et l’Asie, moins urbanisées que les autres continents.
Plus de la moitié de la population mondiale vit dans des grandes villes en 2007, soit 3,3 milliards de citadins. L’Asie, qui contient les 3/5de l’humanité a également, le plus grand nombre de citadins ; l’Afrique a quand à elle, une urbanisation record de 4,3% en moyenne par an dans la période 1950-2005, quand les pays occidentaux en ont une inférieure à 1,5%. Pourtant, l’Afrique et l’Asie comptent encore dans leurs populations respectives, plus de ruraux que de citadins, situation qui devrait s’inverser à partir de 2030…
JacquesVéron veut cependant dépasser la sphère continentale ou nationale en se focalisant sur les villes : le Pakistan n’a que 35% d’urbains mais Karachi, la plus grande ville du pays, contient 12 millions d’habitants…
De très grandes villes, toujours plus nombreuses et toujours plus peuplées
Les très grandes agglomérations, c'est-à-dire, les villes de plus de 10 millions d’habitants représententaujourd’hui plus de 300 millions de personnes. Plus que le nombre d’habitants qu’elles contiennent, c’est la progression spectaculaire de leur nombre que l’on remarque ; il y a sept fois plus de grandes agglomérations en 2005, qu’en 1975. Les villes qui ont entre 500 000 et dix millions d’habitants représentent toujours le même pourcentage d’urbains, un peu moins de 40%, même si le nombre de ces villes adoublé sur la période 75-2005 ; à contrario, le pourcentage d’urbains vivant dans les grandes villes a triplé.
Une dernière remarque fait apparaître qu’à défaut d’avoir un taux d’urbanisation plus important que les pays développé, les pays en voie de développement concentrent la majorité des grandes agglomérations ; ainsi, Chine et Inde ont cinq de leurs villes dans le « top 20 » des villes les pluspeuplées de la planète.
La croissance démographique, moteur de la croissance urbaine ?
Jacques Véron démontre ici que l’urbanisation est relative à chaque pays, il y a une histoire de l’urbanisation propre à chaque population. L’urbanisation rapide de l’histoire occidentale, alimentée par les campagnes, ne se retrouve que partiellement dans les pays en voie de développement comme l’Inde ; onretrouve une croissance très rapide, un « boom démographique », mais pas la même urbanisation qui en suit. Véron dénote une sorte de retard, une urbanisation qui serait différée, on assisterait à un « rattrapage », une urbanisation plus tardive par rapport à l’explosion démographique.
En fait, c’est le rapport entre l’urbanisation et la croissance démographique qui n’est pas le même : quand...
tracking img