''Il est d'abord un texte dont les vertus sont celles de toutes choses écrites – mais ce texte est joué, c'est-à-dire vécu devant nous'' de gaëtan picon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (728 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation de français

Le théâtre est un genre spécifique, car de tout les genre d'écrits, c'est le seul à pouvoir être joué devant des spectateurs en plus de pouvoir être lu. C'est cequ'affirme Gaëtan Picon en disant du théâtre ''Il est d'abord un texte dont les vertus sont celles de toutes choses écrites – Mais ce texte est joué, c'est-à-dire vécu devant nous''. C'est-à-dire qu'en plus deposséder les caractéristiques des autres genre d'écrits, le théâtre a aussi la possibilité d'être mis en scène et joué devant un publique.
Mais, de nos jours où lire une pièce chez soi est devenuplus courant que d'aller la voir au cinéma, le théâtre perd un peu de sa spécialité.
Est-il donc possible de se contenté de lire une pièce de théâtre sans en voir de représentation sans pour autant ladénaturée et en enlevé tout ce qui fait sa spécificité ?
Le théâtre est un art crée pour être joué, et même si sa lecture peut en approfondir l'analyse, le théâtre est destiné à être vivant,continuellement renouvelé par de nouvelles mises en scènes.

Le théâtre est un spectacle qui demande des comédiens et surtout, des spectateurs.
Le terme Théâtre viens du grec 'théâtron', c'est à dire'contempler'. On trouve d'ailleurs en Grèce beaucoup de théâtre, le lieu ou les pièces se passent, qui datent du temps de l'antiquité.
A l'origine, dans l'Athènes de l'antiquité, le théâtre était ungenre populaire, pour les gens peu lettrés, mais pas pour le divertissement. En effet, il était utilisé pour les fêtes religieuses, celles du dieu Dionysos par exemple. La tragédie avait pour but lacatharsis, la 'purgation des passions' sur les peuple. Les personnages tragique antiques tel que ''Bérénice'' de Racine ou encore ''Antigone'' de Sophocle, marquent tant les esprit des spectateurs ettoute la peur et la pitié qu'ils ressentent pour eux, les rendent, selon Aristote, meilleurs, par le phénomène d'identification.
Les farces, pendant le Moyen-Age, qui se jouaient dans la rues avait...
tracking img