1914 1918 Guerre de propagande : définitions et exemples

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (499 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La propagande est la diffusion d'idées destinées à influencer ou à conditionner le comportement humain. La mobilisation des esprits est un facteur de la victoire.
De la propagande au bourrage decrâne.
La propagande doit faire comprendre à la population que la France se bat pour le droit, elle participe à la lutte du bien contre le mal, les pays alliés participent à la défense de l'humanité etde la civilisation.
Les slogans, l'affichage ou les comptes rendus optimistes des bulletins officiels des armées ne peuvent évidamment que suciter des comportements patriotiques. L'affiche françaisela plus célébre est "On les aura !". Elle représente un soldat qui incite les autres à le suivre pour terrasser l'ennemi. C'est l'affiche du 2éme emprunt de la défense nationale en 1916. Il y a euaussi une grande mobilisation sur la destruction d'édifices religieux par les allemands.
La France en 1914 est un pays rural par opposition à l'Allemagne pays industriel. La propagande s'attache à ladéfense du sol, de la terre, valeurs que le paysan connait, travaille tous les jours et qu'il est enclin à défendre quoi qu'il arrive. Cette terre lui colle aux pieds. La propagande joue pleinement sonrôle quand elle l'invite à défendre farouchement la terre qui est son outil de travail.
La propagande va aussi jouer son rôle aprés le sacrifice de Verdun, l'échec de l'offensive du chemin des Damesen 1917, et le contre-coup de la révolution russe. Elle va s'employer à fortifier le sentiment national et insister sur le péril encouru par la nation.
Le premier principe de la propagande est quel'armée française est meilleure que l'armée allemande. Et que l'ennemi est inconscient de s'attaquer à nous.
Son second principe est que la guerre n'est pas meurtriére ou plus exactement n'estmeurtrière que pour l'ennemi. Il était de règle de considérer les pertes de l'adversaire comme trés supérieures aux nôtres. Il suffisait pour tranquilliser le peuple d'affirmer "pertes minimes", peu...
tracking img