1914-1918 : Les franais engags dans une guerre totale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1810 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
1914-1918 : les Français engagés dans une guerre totale
Plan détaillé d’une composition

La Première Guerre mondiale, qui s’ouvre avec l’attentat de Sarajevo le 28 juin 1914, se prolonge à la surprise des principaux protagonistes et prend des aspects nouveaux, ignorés dans les conflits précédents. La mobilisation de toutes les ressources disponibles qu’elles soient humaines, économiqueet financière, militaires… est sans précédent. C’est la première guerre totale. De plus, dans ce conflit vécu comme une croisade contre l’ennemi, une lutte de la civilisation contre la barbarie, il faut encadrer et mobiliser la population, toute la population. L’objectif est de « tenir » au front mais aussi et surtout à l’arrière. Il convient d’ailleurs de ne pas opposer schématiquement cesespaces et au contraire d’envisager les relations multiples qu’ils entretiennent
C’est ce que nous tenterons de faire en nous interrogeant sur la façon dont les Français ont vécu la Grande guerre et surtout sur la manière dont ils on su « tenir » dans une guerre longue et difficile.
Nous évoquerons d’abord le sacrifice des combattants, évidemment indispensable et éminemment traumatisantpour mieux montrer ensuite comment les civils, ceux du « front intérieur » ont aussi eu leur rôle à jouer dans cette guerre d’usure. Enfin, c’est dans la relation complexe entre les Français, dont la cohésion est assurée par l’Etat, qu’il faut chercher les raisons d’une communauté d’intérêts issue de la « culture de guerre ».

I. L’enfer des tranchées : le sacrifice des combattants
←Mobilisation massive de la population masculine pour le front : +8M d’hommes (90% des classes 1914-1917 sont mobilisées, appel aux réservistes, appel aux volontaires, aux populations des colonies)

? La découverte de la barbarie
← Violence des combats ( Tranchées, bombardements, offensives meurtrières ( brutalisation des comportements (ex corps à corps à la pelle, pioche, moindre respect de la « trêvedes brancardiers »)
← Adaptation des armes au nouveau type de guerre ( de + en + destructrices
o fusil-mitrailleur, grenades
o utilisation massive de l’artillerie (pilonnage : près de 350M d’obus sont tirés par l’armée française) canons de 75 puis 105, 150 et 420 (envoie un obus de 923kg jusqu’à 14 km), mortier (« crapouillot »)
o gaz asphyxiants (dont on se protège d’abordavec un simple mouchoir humidifié avant que n’arrivent les masques à gaz)
o aviation (repérage au début mais à partir de 1916-1917, combats aériens ( pilotes = élite combattante = les « as »)
o chars (à partir de 1916-1917)
← évolution aussi dans la tenue des soldats
o uniforme voyant au début (pantalon rouge garance) ( uniforme « bleu-horizon »
o paquetage ' lourdo casquette ( casque

? Le front, un traumatisme au quotidien
← Des conditions de vie atroces,
← Souffrances physiques : boue, froid, poux, rats, blessures, morts, absence d’hygiène, manque de nourriture, de sommeil…
← Souffrances morales : permanence de la mort + déceptions + lassitude+ sentiment d’abandon+ démoralisation + contestation des offensives meurtrières inutiles (surtoutaprès celle du Chemin des dames)
← ( mutineries (mais finalement assez peu( 40 000soldats sur 8,3M de mobilisés sur le conflit)
← discipline rétablie par le général Pétain (3000 mutins jugés mais 554 condamnés à mort dont 68 exécutés) mais en même temps X des permissions (qui restent rares malgré tout) + améliore le quotidien (ex ' uvre du vin chaud du poilu)
← nécessaires exutoires :artisanat (ex sur des obus), alcool (la « gnole »), fraternisation avec l’ennemi parfois (ex Noël, autour d’une source)

? La résolution des poilus : entre contrainte et consentement
← entrée en guerre avec résignation et fatalisme (et non enthousiasme), sentiment d’avoir été agressé et d’être dans son bon droit donc…
← Nécessité de tenir ( haine du boche, défense de la patrie
← Qq actions...
tracking img