3 Leçons sur la société post-industrielle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2825 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
trois leçons sur la société post-industrielle

auteur: Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l'école normal supérieure et directeur du centre pour la recherche économique et ses applications. Il est membre du conseil d'analyse économique auprès du premier ministre et éditorialiste au monde.

intro: La société post-industrielle peut être définit comme une société de service,dela connaissance ou de l'information.

Le capitalisme du 20eme siècle s'est construit autour de la grande firme industrielle, Durkheim parlait alors de solidarité mécanique liant un mode de production et de protection.
le capitalisme du 21eme siècle organise la destruction de cette société industrielle, les différentes étages de la grande entreprise industrielle sont dissociés les uns desautres.
Se sont désormais les salariés qui subissent les risquent et les actionnaires qui s'en protègent.

Jean Fourastié annonçait comme le grand espoir du 20eme siècle la venue d'un monde nouveau ou l'homme serait libéré de travailler la terre ou la matière.
En effet la société post industrielle marque le passage à une société de service: notion de face to face(F2F), les ouvriers sont devenusminoritaires.
Cependant le grand espoir d'un travail libéré de la dureté n'est pas advenue: hausse régulière de salariés souffrant de douleur physique. hausse également des douleurs psychologiques, le client est devenu le véritable donneur d'ordre.

Adam Smith établissait une corrélation entre le temps/coût de fabrication et le prix, on peut dire que cette idée est dépassée.
La plus-value n'estplus vraiment dans la fabrication mais dans la conception(ex: renault ne produit fabrique plus que 20% de ses voitures, le prix des médicaments s'explique par la recherche...).
La société post-industrielle fixe l'unité de deux termes en partie opposés: la conception des biens(immatériel) et leur prescription(leur commercialisation)

plan:
1ere leçon: les raisons de l'essoufflement de la sociétéindustrielle
2eme leçon:le rôle de la mondialisation
3eme leçon:pourquoi la régulation de la société post industrielle pose problème

1ere leçon:
*cinq ruptures majeurs:
1- la troisiemme révolution industrielle, une révolution industrielle est un ensemble d'innovation importantes qui se présentent en grappe autour d'une innovation majeur(la machine à vapeur pour la première révolution,l'électricité pour la seconde, l'innovation majeur de la troisiemme pourrait etre la mise au point d'arpanet par le département de la défence Américain). Les économistes qualifient ces innovation de general purpose technologies(gpt), technologies qui corespondent à un besoin initial mais dont le potentiel exède les intentions et l'imagineurs des inventeurs. Dans le cas 'internet le pentagone voulait àla base s'en servir pour communiquer en cas de conflit majeur.
2-une révolution sociales: de même que l'électricité va de pair avec l'OST, les NTIC vont de pair avec une nouvelle organisation du travail, adaptabilité à la demande, réactivité, juste à temps, plus grande polyvalence des salariés et délégations de de responsabilités aux niveaux hiérarchiques inférieurs.--->toyotisme radicalisé etdéveloppé. Les posssibilités de carrières pour les ouvriers ne sont plus ce qu'elles étaient, on a réduit au maximum la hiérarchie, on essaie au maximum de tuer le temps mort, les ouvriers(salariés) se retrouvent à faire plusieurs taches. cette réorganisation du travail n'est pas seulement liée aux nouvelles technologies mais également à de nouveaux principes sociaux. explosion des maladies liées autravail.
3-révolution culturelle, éveil de l'individualisme:
problème de l'ennui au travail que ford règle par le"five dollars a day" pour motivé les ouvriers. thérorie d'efficience: on peut accroitre la productivité d'un travailleur en augmentant son salaire. c'est cette unité entre la question productive et la question sociale qui est perdu aujourd'hui. Ce qui motive les ouvriers ce n'est...