5Emerep

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2073 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche 5 – La Vè République : Vie politique nationale et politique étrangère.
INTRODUCTION Fondées en 1958, les institutions de la Vè République ont permis à la France d’affronter la fin de la décolonisation, la Guerre froide, la modernisation de la société et de l’économie, la construction européenne, les cohabitation… Quelles sont leurs caractéristiques ? Comment on on-t-elles évolués ?Sont-elles toujours adaptées au temps présent ?
I- La république Gaullienne 1) Les nouvelles institutions. En septembre 1958, la Constitution de la Vè République soumise à référendum par le Général de Gaulle est approuvé par près de 80 % des votants. Dans ce texte, les prérogatives du Parlement (pouvoir législatif) sont limitées. Celui-ci est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale (députésélus pour cinq ans) et le Sénat. Les députés peuvent renverser le gouvernement en votant une motion de censure mais celui-ci peut imposer certains textes de loi dans discussion (art. 49-3). Les sénateurs, quant à eux, sont élus au suffrage indirect. Le pouvoir exécutif (Gouvernement et Présidence) est donc renforcé. Le Premier ministre (chef du gouvernement) est nommé par le président de la république(chef de l’Etat). Ce dernier, élu pour sept ans, puis pour cinq ans depuis 2000, est la clef de voûte du système. Il veille au respect de la Constitution, dispose de droit de grâce, commande les armées, signe les traités. Il peut s’adresser directement au peuple par référendum et a le droit de dissoudre l’Assemblée nationale. L’article 16 lui donne temporairement le droit d’user de pouvoirsexceptionnels en cas de menace pesant sur la sécurité de l’Etat. Le poids du président est encore renforcé en 1962, quand de Gaulle fait adopter par référendum l’élection de celui-ci au suffrage universel. Auparavant, il était élu par un collège de grands électeurs. Au total on parle d’un régime semi-présidentiel.

2) Les deux mandats présidentiels de Charles de Gaulle Charles de Gaulle est éluPrésident en décembre 1958. En 1965, il est réélu mais il démissionne en 1969. Durant cette période, il peut s’appuyer sur une majorité de droit stable à l’Assemblée et sur plusieurs Premier ministres fidèles (Michel Debré, George Pompidou, Maurice Couve de Murvill). Après la fondation de la Vè République, la première grande question à résoudre est la guerre d’Algérie. Dès 1959, de Gaulle évoque uneautodétermination possible, option confirmée radicalisation d’une grande partie des « pieds-noirs) défenseurs de « l’Algérie française ». En 1961, une tentative de putsch organisée par quatre généraux français est déjouée mais les plus extrémistes se réunissent au sein d’une association terroriste clandestine : l’OAS. En France même la violence est alors présente (répression sanglante par la policed’une manifestation du FLN à Paris le 17 octobre 1961). Néanmoins, par les accords d’Evian (1962), approuvés par 90% des français, l’indépendance est accordée à l’Algérie. C’est un véritable déchirement pour 800 000 pieds-noirs qui doivent fuir en métropole. Quant aux harkis, soldats musulmans de l’armée française, beaucoup sont massacrés par le FLN ou bien sont contraints au départ vers la Francedans des conditions d’accueils difficiles.

www.Fiche-Bac-Histoire.fr

Dans le domaine économique et social, l’Etat accompagne la croissance des «Trente Glorieuse » par des subventions et une politique d’aménagement du territoire. Plusieurs grandes sociétés demeurent sous contrôle étatique (Renault, EGF, banques) et les acquis sociaux de la Libération sont préservés. Cependant, toutes lesclasses sociales ne connaissent pas la même élévation de leur niveau de vie (*voir cours : Economie et société en France depuis 1945)

3) Mai 68 et la démission de C. de Gaulle Solidement établie depuis 1958, la popularité du générale de Gaulle subit une relative érosion lors de l’élection présidentielle de 1965. En effet, celui-ci est mis en ballottage au 1er tour par François Mitterrand,...
tracking img