Accents canadiennes francaises

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2190 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I. Introduction :
Dans cette recherche, on tend à étudier l’utilisation des deux variantes de la conclusion, alors et donc, durant les conversations formelles/informelles des étudiants venants de l’Ontario, Canada et de diverses classes sociales. Autres facteurs comme l’âge et le sexe sont aussi pris en considération. L’analyse est basée entièrement sur des données non-provoquées durant desinteractions vocales sur des sujets variées. Le corpus utilisé consiste de conversations face-à-face sur des sujets formels et informels avec des élèves de Northbay.
Avant de continuer avec l’analyse, c’est utile de discuter et de définir la notion de « marqueurs de discours ». Cette notion n’est pas tout à fait simple puisque les catégories de marqueurs constituent une pragmatiquefonctionnelle. D’une part, les mots utilisés comme marqueurs sont originaires de différentes classes distributionnelles où on trouve leurs équivalents qui ne sont pas utilisés comme marqueurs (Hansesn, 1997) e.g :
Adverbes de temps (alors) : C’étaient les manières d’alors
Conjonction marquante la surprise : Quoi donc!
D’autre part, même s’ils sont utilisés comme marqueurs, ces mots n’ont pas tous lesmêmes propriétés formelles. Ils semblent être à l’extérieur de la phrase et créant des unités indépendantes (Hansesn, 1997)
e.g :
Ça va être donc une mauvaise idée !
Tu es dans le deuxième groupe alors.
En tenant compte de ces faits, on peut donc définir ces marqueurs discursifs en tant des articles linguistiques avec un champ d’application varié mais ayant une fonction primaire, celle dela connexion (Hansesn, 1997). Par un champ d’application varié on veut dire qu’un segment discursif contenant un marqueur peut avoir n’importe quelle taille et n’importe quelle forme.
II. Revue de la littérature
1. Des recherches précédentes
Selon une recherche faite par Dessureault-Dober (1974), les locuteurs appartenant à la classe ouvrière utilisent uniquement Ça fait que. Dans la classprofessionnelle, la répartition suivante est présentée: (1) Alors 73%; (2) (Ça) fait que 23%, et (3) Donc 4%. Ces résultats révèlent qu’Alors est clairement la variante préférée parmi la classe professionnelle alors que Donc est une variante marginale. Mougeon et Beniak (1991) et Mougeone et al. (2009) sont arrivés à des résultats similaires en ce qui concerne l'influence de la classe sociale dans leurcorpus du Français de l'Ontario: Donc et Alors sont corrélés avec les locuteurs qui sont dans les strates supérieures de la société et Ça fait que est la variante préférée de ceux de la strate inférieure. Dessureault-Dober (1974) a également examiné l'effet de la formalité du sujet choisi. Elle a constaté que les gens utilisent (1) (Ça) fait que plus souvent lors des discussions informelles quelors des discussions formelles et (2) Alors et Donc plus souvent lors des sujets formels que lors des sujets informelles.
En somme, les trois variantes peuvent être catégorisées comme le suivant :
Donc (hyper-formelle) ; Alors (formelle) et Ça fait que (informelle).

2. Alors ≠Donc
Les deux marqueurs donc et Alors ont deux caractéristiques en commun, ce qui justifie le fait qu’ils soienttraités ensemble. La première caractéristique est que, de façon diachronique, les deux se trouvent dans des expressions temporelles anaphoriques (Hansesn, 1997). L'autre caractéristique est que, dans le français standard, ils sont tous les deux fréquemment utilisés dans les structures argumentatives, où ils marquent un résultat ou une conclusion. Par conséquent, ils ont des distributions qui s’enjambentpartiellement, et ils peuvent, même, se produire ensemble dans le même énoncé, comme dans :
C’est obligatoire de le faire, alors donc commence à l’écrire !
Il faut noter que quand les deux articles coexistent, ils ne peuvent le faire que selon l’ordre présenté dans l’exemple en haut, c.à.d. avec Alors précèdent Donc (Wardhaugh, 1986).
Toutefois, même lorsqu’ils se produisent dans un même...
tracking img