Acf situation liban 2006

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1666 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LIBAN :
les victimes, un an après  

Au­delà  des  morts,  des  blessés  et  des  dégâts  matériels,  chaque  fois  qu’une  guerre  commence,  les  ressources  de  milliers  de  familles  disparaissent.  Un  an  après  le  dernier  conflit  avec  Israël,  les  agriculteurs et les éleveurs du sud du Liban essaient toujours de récupérer leurs terres. La violence toujours présente et la fragilité structurelle d’un pays en instabilité politique permanente font planer de  manière récurrente l’ombre de l’insécurité alimentaire sur des milliers de familles de paysans. Emigrer,  est pour beaucoup la seule solution.

LIBAN : les victimes, un an après 

­ 1 ­ 

1 – Les conséquences humanitaires du conflit 
La dernière guerre contre Israël a coûté au « Pays du Cèdre » la vie de plus de 1000 personnes, un million de déplacés et 9,4 milliards de dollars de dégâts matériels. Les  moyens  de  communication  ont  retransmis  la  catastrophe  en  directe.  Aujourd’hui  les  télévisions et les reporters sont revenus au Liban pour rendre compte des regains de  violence  dans  les  camps  palestiniens  dans  le  nord  du  pays.  Tout  le  monde  est  d’accord  pour  pointer  ce petit territoire  (10  452 mètres  carrés)  comme  un  des  points  brûlants de la planète. 

Même si les coups de feu ont cessé, de lourdes séquelles subsistent.

Mais ceux  qui,  comme  Action  contre la  Faim ­  Espagne, travaillent  chaque  jour  avec  les personnes menacées par la faim dans le monde, savent que les guerres continuent bien après que les accords de cessez­le­feu aient été signés. Chaque jour, même si  les  victimes  sont  hors  du  champs  de  bataille,  la  guerre  s’installe  dans  les  foyers  2,3,…20 mois  après  que  les  armes  se  soient  tues,  ruinant les  récoltes,  détruisant  le  bétail, endeuillant les familles…  Action contre la Faim­Espagne travaille dans la région de Marjayoun, au sud du pays,  peu de temps après le début du conflit. Au début une opération d’urgence a été lancée pour assurer l’accès à l’eau potable aux personnes les plus vulnérables affectées par  la destruction des infrastructures d’eau.  Nos équipes ont donc réalisé une évaluation des besoins chez les familles de paysans  de la région. Grâce au financement du Service d’Aide Humanitaire de la Commission  Européenne  (ECHO),  Action  contre  la  Faim­Espagne  est  aujourd’hui  une  des  rares organisations  présentes  dans  la  région,  qui  vient  en  aide  à  824  familles  dans  la  reconstruction de leurs ressources. 

Au sud du Liban, la population a déjà perdu plus de 83% de ses cultures.

Voici les conséquences invisibles du conflit, évaluées pour les travailleurs déplacés de  la région :  – les récoltes perdues : les 34 jours de conflit de l’été dernier ont détruit 80% de la production  de  tabac  dans  le  sud  du  Liban  et  presque  la  moitié  des  récoltes  d’olives.  – le bétail : 20% des têtes de bétail ont péri des bombardements ou de la faim. 

Pour pouvoir s’en sortir, les familles doivent payer de lourdes dettes.

–  les  munitions  non  explosées :  25%  des  terres  cultivables  ne  peuvent  être  utilisées à cause de la présence d’engins non explosés. – les dettes : les foyers qui dépendent totalement de l’agriculture ont du recourir  au  crédit  sur  le  marché  privé  avec  des  taux  d’intérêts  inaccessibles  pour  la  majorité,  parfois  jusqu’à  25%.  Chaque  famille  a  souffert  des  pertes  durant  le  conflit estimées à 3000 dollars, entre 6 et 10 fois le salaire d’un modeste paysan. Cette région est une des plus pauvres du Liban, en particulier Bint Jbeiil et Marjayoun,  avec plus de 60% des besoins vitaux non couverts.  Pendant l’intervention de sécurité alimentaire Action contre la Faim­Espagne a décidé  de cibler en priorité les familles qui dépendent en majeure partie de l’agriculture, c’est­  à­dire les petits paysans qui ont perdu 80% de la production agricole ou 60% du bétail  durant  le ...
tracking img