Acommpagnement de fin de vie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (691 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION DE LONG Carine

J'effectue mon stage 3 au service de Réanimation-soin continu pendant un mois.
Durant ce stage, je suis confrontée à l'accompagnement d'une personne en fin de vie pourla première fois en tant que soignant.
Cela fait 15 jours, que je suis arrivé dans le service et que je m'occupe d'un patient atteint par le syndrome de Down plus connu sous le nom de Trisomie 21.Ce patient est un homme âgé de 60 ans (ce qui n'est pas très courant chez les personnes atteints de Trisomie 21), qui s'appelle Olivier.
Il est hospitalisé pour une décompensation respiratoire etune altération de l'état général.
C'est un homme de taille moyenne, au cheveux châtains avec une surdité bi-latérale mais appareillé, et atteint de strabisme convergent à l'œil droit.
C'est unepersonne avec qui une relation soignant soigné c'est de suite mis en place, avec beaucoup d'échange par le regard, le sourire et le toucher, mais très peu de communication verbale échangé , vu son étatgénéral.
Depuis quelques jours, son état se dégrade de plus en plus, le médecin et toute l'équipe décide de mettre Olivier en soin palliatif, avec des soins de conforts ( mis sous oxygène en permanenceavec masque pour l'aider).

Le Vendredi matin, avant la toilette, il est très somnolent, pâle, peu réactif et sa respiration est courte, mais je lui demande si tout va bien et s'il a passé une bonnenuit, mais pas de réponse de sa part.
Je décide alors de commencer sa toilette, alors que je lui lave le bras droit, olivier ouvre les yeux et me regarde, je lui souris, et il en fait de même, je luirepose la question :

« ça va? »

mais pas de réponse, il se rendort.
La toilette terminée, je prend sa main et je lui dis :

« A tout à l'heure »

c'est à ce moment là, qu'ilré-ouvre les yeux, et j'ai vu son visage se crisper, il m'attrape la main et me la serre et commence a pleurer et il me dit sur un ton angoissé :

- «  A peur moi »

A cet instant précis, je ne...
tracking img