Acte i scène 2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1310 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DON JUAN Acte I scène 2

DJ pièce écrite pas Molière en 1665.
Devant les difficultés financières (Tartuffe a été interdit), Molière écrit dans l'urgence sa pièce DJ. On y retrouve les thèmes de la religion, de l'hypocrisie, de l'argent, des privilèges de la naissance et le thème dominant de l'infidélité. DJ est une pièce qui met en scène un libertin qui s'oppose à l'austérité religieuse.
Dansla scène 2, DJ s'amuse à faire parler son valet. Provoqué par DJ Sganarelle entreprend de faire des reproches à son maitre au sujet de sa conduite. DJ réplique avec une grande éloquence il fait l 'éloge de l'infidélité.
En suivant le plan de cette tirade, nous étudierons l'argumentation de DJ. Puis, nous chercherons à analyser la conception que DJ a de la séduction ce que l'on a appelé plustard le Don Juanisme.

I L'éloge de l'inconstance

La constance, faux honneur ridicule
DJ utilise Sganarelle comme spectateur. Il s'amuse et entreprend un grand morceau d'éloquence.
Il ne parle pas de son cas personnel il dit « on » ou « nous ».Son cas apparaît comme une obéissance des lois générales. Il prend un ton scandalisé, indigné. DJ commente à Sganarelle que ce sont les autres quisont dans l'erreur à aimer toujours la même personne et que le dévouement ne fait pas partie des aptitudes des grands de ce monde. Il justifie sa position avec des arguments. Il ne faut pas être fidèle car la fidélité c'est la mort. Métaphores : « de s'envelir pour toujours dans une passion et d'être mort dès sa jeunesse à toutes les autres beautés qui nous peuvent frapper les yeux ».
Critique dumariage privation de liberté : renonce au monde rappelle les voeux monastiques »
cela n'a aucune valeur morale « faux honneur » c'est pour les ridicules, mépris affiché pour l'ordre social, confirmation du portrait fait par Sganarelle dans la scène 1. Il procède à un renversement des valeurs : la fidélité est un faux honneur. C'est un acte contre nature.
Il s'exprime par jeu et par plaisir, ilimpose un discours qui est un exercice de réthorique (art de bien parler), c'est ce qu'on appelle un éloge paradoxal. Il prend à contre pied la morale traditionnelle.

I I Analyse du Don Juanisme

DJ, fervent admirateur de la beauté c'est un esthète.
Esthète = artiste qui recherche la beauté. 
L'amour qu'il éprouve pour une femme ne lui donne pas le droit de priver toutes les autres et lapremière ne doit pas s'accaparer sa personne. C'est un plaisir pour lui de séduire les personnes. Il en parle en poète c'est pour lui un art véritable. Il se présente comme un artiste de l'amour. Molière a extrêmement travaillé le style de cette tirade.
Champ lexical de l'amour tout au long de la tirade : « objet, passion, coeurs, yeux, tributs » : traces du vocabulaire galant voire précieux del'amour.

Notion de justice L'infidélité c'est la justice
Il serait injuste pour les autres femmes que DJ ne soit attaché qu'à une seule. Molière prend plaisir à inverser la morale en faisant du Don Juanisme une forme supérieure de charité.

Le bonheur de l'amour est dans la conquête
C'est une victoire à remporter. Métaphore filée de la conquête.
Champ lexical de l'amour tout au longde la tirade : « objet, passion, coeurs, yeux, tributs » : traces du vocabulaire galant voire précieux de l'amour.
Séduire le coeur d'une jeune beauté et de remarquer chaque jour l'avancée dans le coeur de la belle à voir de jour en jour les petits progrès qu'on y fait. Il utilise un champ lexical se référant au combat et à la bataille (« vaincre, honneur, prendre les armes »).
Le plaisir queprend DJ dans l'amour est plus cérébral que charnel. Il y a une dimension perverse dans la mesure où il veut s'attaquer à la jeunesse innocente.
Le terme de douceur intervient plusieurs fois (l 51, 61, 67, 74) qui fait contraste avec la violence de la conquête décrite.
C'est la conquête qui lui plait. Son souhait le plus cher est de ne jamais s'arrêter et de courir de femmes en femmes, de...