Acvbhb

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1154 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Marcel Proust
(12.07.1871-18.11.1922)

-a l’ecole:premier a latine et a grecque
-a frequente les salons litteraires et mondains
-colaborateur aux revues litteraire:
“Le Gaulois”, “Revue d’Art Dramatique”
“Le Figaro” ,”Mercure de France”
“La Nouvelle Revue Francaise”
1918-le prix Goucourt
La maladie et la volonte de realiser un grand ouvrage l’ontconduit a vivre retire dans sa chamber, ne recevant que quelques amis.Son oeuvre est un roman cyclique en 13 volumes intitule “A la recherché du temps perdu” – roman-quete (la quete du soi, du monde et de l’amour).
Les volumes: Swann (2)
A l’ombre des jeunes filles en fleur (2)
Guermantes (2)Sodomme et Gommore (2)
La Prisionniere (2)
La Fugitive (1)
Le temps retrouve (2)
Pour Marcel Proust createur et le biographique ne sont pas identiques :”Un livre est le produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la societe, dans nos vices”.------------- ------------ --------------- ------------ ------------------ ----------- --------

L’oeuvre marquera une plaque tourtante dans le devenir de la litterature de notre siecle.A premier vue, l’oeuvre proustienne semblerait etre un texte autobiographique- le personnage- narateur s’appelle Marcel, tout comme l’ecrivain.Il raconte sa vie , decrie les millieux et les personnages, qu’ilfrequente et, surtout, il insiste sur son reve de devenir ecrivain.Apres avoir evoque toute cette multitude d’experiences de vie, le narrateur annonce qu’il va ecrire un livre;mais le roman annonce est just celui qu’on vient de lire.
“A la recherché du temps perdu” est loin d’etre un simple roman autobiographique,car trois principes fondamentaux president a la nouvelle formule romanesque proposepar Marcel Proust.
Tout d’abord : “le moi” createur et ”le moi” biographique ne sont pas identiques: ”un livre est le produit d’un autre moi...”,ainsi Marcel- le narrateur et Marcel Proust-l’homme sont des entites situees dans des plans differents.
Le deuxieme principe est celui de la non-linearite de la narration et par cela le roman proustien s’oppose au roman balsacien.Il a donne, commele dit Irina Mavrodin, “le coup de grace a la composition lineaire reglee par le temps cronologique et par le meme, au personnage traditionnel , au “type”, au “caractere” solidement construit conformement aux lois de determinisme le plus rigoureux.
Si le roman balsacien debutait par une perspective panoramique sur le milieu pour aboutir aux personnages et, finalement, a l’action, le roman deProust refuse ce point de vue deterministe en faveur du relativisme ou le temps cronologique est remplace par le temps subjectif et le deteminisme-par le hazard associatif de la memoire involontaire.(determinisme-quand la maniere d’etre d’un homme est determinee par le milieu, l’epoque, la societe etc.). Ce qu’en resultera sera une architecture romanesque formee de retours repetes vers le passé dunarrateur.
On pourrait affirmer que le cicle proustien garde encore certain traits qui le rapprochent du roman balsacien, car ou peut le lire aussi comme une sorte de “comedie”sociale.En plus, nous sommes en presence d’un roman-quete, dont le personnage narrateur essaye de dechifrer le monde en traversant quatre series de signes selon le critique Jilles Delleuze:
- de la vie mondaine- de l’amour
- des qualites sensibles
- des qualites artistiques
En fin, le troisieme principe constructif, qui preside a la structuration de la narration proustienne est la memoire involontaire.La memoire involontaire c’est une ouverture vers les zones profonds du psychisme a l’aide d’une sensation, d’un gout.A la difference de la memoire volontaire qui restitue en passé un...
tracking img