Adam simth vs david ricardo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1626 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
échange - protectionnisme > Retour sur l’opposition Adam Smith, David Ricardo, dans la théorie du (...)

Retour sur l’opposition Adam Smith, David Ricardo, dans la théorie du commerce international
samedi 14 février 2009, par Simonnet Jean-Paul
Les présentations habituelles des théories du commerce international [1] retiennent généralement le schéma suivant : Adam Smith justifie le commerceinternational en montrant que ce dernier permet de bénéficier des effets de la spécialisation reposant sur des différences absolues de coûts de production. David Ricardo élargit cette analyse pour traiter le cas des pays qui n’ont aucun avantage absolu.
Pour mettre en évidence cette différence, il suffit de prendre un exemple avec deux pays et deux produits. David Ricardo construit son raisonnementen comparant la production du vin et du drap au Portugal et en Angleterre. Pour varier un peu l’article consacré à la théorie des avantages comparatifs dans wikipedia prend l’exemple de deux pays (non désignés) et de deux produits, le vin et le fromage.
Supposons que dans les deux pays il y a trois travailleurs et que leur activité quotidienne se présente de la manière suivante.

Dans cettesituation initiale d’autarcie, les travailleurs du pays de gauche sont plus efficaces que ceux de l’autre pays pour les deux produits.
Adam Smith conseillerait aux travailleurs du pays de gauche de se spécialiser dans les deux productions et les travailleurs du pays de droite seraient exclus du commerce international.
David Ricardo conseillerait au contraire, aux travailleurs du pays de gauche de seconsacrer entièrement à la production du vin et d’abandonner la production du fromage aux travailleurs du pays de droite.
En produisant pour le marché intérieur et pour l’exportation, les travailleurs sont gagnants dans les deux pays :

L’échange international entre les deux pays améliore dans ces conditions le sort des travailleurs des deux pays puisqu’ils peuvent avec la même quantité de travailqu’avant et la même productivité, consommer davantage des deux produits.
S’en tenir à la présentation de cette opposition entre Smith et Ricardo, c’est oublier que les deux analyses ne poursuivent pas le même objectif et s’opposent sur des points essentiels.
Adam Smith combat les idées des "mercantilistes". Ces derniers considèrent qu’il faut absolument éviter tous les échanges qui pourraientconduire à réduire le stock d’or national. Il faut vendre mais il faut éviter d’acheter.
Cette approche qui voit dans l’exportation un gain et dans l’importation une perte domine la pensée économique de la fin du XVIème siècle au milieu du XVIIIème siècle. Le but de l’échange est d’amasser de la richesse, il faut donc que la nation dépense (importe) moins qu’elle ne gagne (exporte). Les surpluspermettent d’amasser de l’or, les déficits en font perdre.
Adam Smith s’attache donc à montrer les bienfaits qu’on peut attendre de la réciprocité des échanges.
Dans les Leçons de Jurisprudence (1762-1763), il soutient que tout échange volontaire améliore la situation des agents qui y participent. « Car la cause même de l’échange est que vous avez plus que moi besoin de mes biens et que j’ai davantagebesoin des vôtres que vous. Et si la négociation est conduite avec une prudence ordinaire, l’échange doit être avantageux pour les deux. Il doit en être de même pour les nations. »
Dans Recherches sur la nature et les causes de la richesse des Nations (1776), il reprend cette intuition et affirme que l’échange international accroît la valeur du produit et le taux de profit. « Quand le produit d’unebranche donnée d’industrie dépasse ce qu’exige la demande du pays, le surplus doit être envoyé à l’extérieur, et échangé contre quelque chose pour lequel il y a une demande dans le pays. Sans cette exportation, une partie du travail productif du pays doit cesser, et la valeur de son produit annuel diminuer (...) Ce n’est que grâce à cette exportation que ce surplus peut acquérir une valeur...
tracking img