Adam sthim

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (300 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Travail
« Les fondements du libéralisme économique et les oppositions théoriques à ce courant de pensée »

Introduction

La pensée économique s’est développée au cours de l’histoire, depuisXénophon au Véme siècle avant JC. Mais la pensée économique moderne est vraiment née des écrits des premiers classiques, Smith, Ricardo, pour ne citer que les deux plus célèbres, père de l’économiepolitique et grands défenseurs du libéralisme économique. Pourtant le libéralisme économique ne fait pas l’unanimité parmi les différentes écoles de pensée et à l’instar du capitalisme est parfois sévèrementcritiqué. Pour comprendre à la fois la vision libérale de l’économie et les positions de ses principaux détracteurs, nous étudierons dans un premier temps les fondements de la pensée libérale etleurs conséquences sur le système économique, pour ensuite étudier les deux principales oppositions au libéralisme, à savoir la pensée marxiste et la pensée keynésienne.

I – Les fondements dulibéralisme économique

Le libéralisme économique apparaît avec les auteurs classiques (Smith, Ricardo, Malthus et J-B Say) au 18éme siècle. Cette doctrine sera enrichie au XIX ème siècle par lesnéoclassiques, puis tout au long du XXème siècle par des courants aussi divers que l’Ecole de Chicago ou la Nouvelle Economie Classique. Ces théories sont très diverses, mais sont réductibles à un socle commun.A - Les principes fondamentaux

- Egalité des droits des individus.
- Liberté économique : droit de propriété, droit d’entreprendre, droit de travailler, d’échanger, de consommer ou d’épargner, decontracter….
- Autonomie des agents économiques, manifestation de leur intérêt personnel
(individualisme). Comportement maximisateur (de l’utilité, du profit...)
- Rationalité du comportement(poursuite de ses objectifs en utilisant les moyens
les plus appropriés pour les atteindre) ; pas de pulsions ni de passions inconscientes. C’est le règne de l’homo oeconomicus.
Si les principes...
tracking img