Adm 1013 tn1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3192 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I. Résumé des faits

La laiterie de la Rive-Sud est une compagnie qui existe depuis plusieurs années et fait dans les produits laitiers de la fabrication à la distribution. Depuis sa création, elle ne s’est prêtée ni au changement ni à un processus d’agrandissement. Elle continue d’opérer dans un rayon de 80 km. Cette petite organisation compte plusieurs départements notamment la production, lemarketing, les finances et la distribution. Le service de distribution s’occupe d’acheminer les produits vers les clients et a à son actif treize employés dont un chef de département, un superviseur qui, en plus de ses fonctions de gestion effectue parfois des livraisons afin d’épauler son équipe, un employé chargé de l’expédition et dix chauffeurs-livreurs qui font aussi office de détaillants.À la tête de la laiterie se trouve Jerry Jones. Il à commencé à travailler dans l’entreprise il ya vingt et en est le directeur depuis sept ans. Soucieux d’obtenir et maintenir un bon rendement, il dirige cette entreprise d’une main de maitre. En effet, il donne des instructions précises à ses subordonnés afin de s’assure que le travail est fait comme il le désire ; il n’hésite pas à les menacerpour maintenir un certain rendement : «J’avertis le chauffeur que s’il perd ce client, je vais alors lui donner trois autres comptes à la place de celui qu’il pourrait perdre.»; Ici, c’est un climat de crainte qui prévaut et la communication est à sens unique. Il n’est effectivement nulle part question pour le directeur de chercher les raisons d’un écart ni d’écouter ses subordonnés advenant uneplainte : «À chaque fois qu’un client se plaignait, Jerry présumait que c’était la faute du chauffeur et ne nous donnait jamais l’occasion de raconter notre version des faits.». De plus, force est de constater que, d’une part, Jerry Jones ne fait pas suffisamment confiance à ses employé car il surveille et contrôle tout ce qu’ils font : «Afin de m’assurer qu’ils font ce qui est attendu d’eux, jevérifie constamment ce qu’ils font. Cela veut dire que, le soir, après leur départ, je vais voir s’il y a de l’essence dans leur camion et si le niveau d’huile a été vérifié.». D’autre part, il ne délègue pas assez les tâches. Jerry Jones joue simultanément les rôles de gestionnaire, de superviseur et à l’occasion celui d’expéditeur; cela malgré le fait que le service de distribution en soit déjàdoté. Dans ce département et bien que le directeur Jerry Jones soit d’avis contraire, le système de contrôle est défaillant et les moyens de motivations utilisées auprès des employés ont plutôt un effet contraire. De plus, ni les compétences ni les expériences ne sont reconnue : « […].Qu’importe ce que l’on faisait, ce n’était jamais correct. […]. Il pensait aussi que personne ne pouvait faire quoique ce soit sans qu’il lui ait dit quoi faire et comment le faire. Certains des chauffeurs font ce travail depuis 15 ans et Jerry leur dit encore ce qu’ils doivent faire.». Le sentiment d’insatisfaction est si présent dans l’entreprise que les chauffeurs développent des méthodes compensatoires notamment en subtilisant les produits de la réserve et en détournant les payements de certains clients.II. Identification des problèmes

Le cas « Laiterie de la Rive-Sud» met en exergue deux problèmes liés entre eux. Premièrement il est question du style de gestion fondé sur l’exploitation et l’autoritarisme de Jerry Jones. En effet, il agit avec force et menace ses subordonnés : «si cela ne donne rien, je vais lui tomber dessus encore plus fort que nécessaire.» plutôt que de les encourageret de les soutenir, il agit plus en dictateur qu’en Leader. Deuxièmement, le manque de motivation des chauffeurs du service de distribution qui explique en partie le faible rendement de l’entreprise. Jerry Jones semble être incapable d’apprécier et de montrer de la reconnaissance pour le travail de ses employés : « […]; si tu fais du bon travail, ce n’est pas moi va t’en parler.», En plus du...
tracking img