Adolescent

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5437 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’adolescence en question

Conférence présentée par Audrey DE LA GRANGE, psychothérapeute,
Doctorante à l’Université Montpellier 3
Février 2007

Dans notre société, le passage de l’enfance à l’état adulte n’est pas institutionnalisé.
Il n’y a pas de rite de passage clairement établi pour marquer la fin de l’enfance. Le passage
est ambigu et flou. C’est ce qu’on appelle «l’adolescence ». Cette ambiguïté est renforcée
par la rupture existant entre les rôles demandés à l’enfant et à l’adulte. On exige de l’enfant
qu’il soit obéissant, il est réputé dépendant et asexué ; l’adulte est quant à lui actif et
entreprenant, il est réputé responsable. Et l’adolescent ? Il valse entre les deux extrêmes.
Plongé dans le monde des adultes, de la compétition, il découvre que lesrôles admis et
auxquels il croyait sont incompatibles avec ceux qui lui permettront de réussir. Désireux de
continuité et d’authenticité, il risque d’être déçu. Le cloisonnement des générations n’aide
pas à passer d’une étape à l’autre.

La question de l’adolescence est récente : elle ne préoccupe les politiques que
depuis quelques années. Principalement depuis que l’on entend parler desadolescents
délinquants. Alors, tout à coup, on met en place des structures d’accueil, des suivis
spécifiques, des classes de soutien scolaire, des commissions d’étude, etc. Pourtant, au
niveau de la médecine, par exemple, il y a une médecine de l’enfant, une médecine de
l’adulte, une médecine de la personne âgée ... mais quelle médecine pour l’adolescent ? Il
ne se reconnaît ni dans lesservices dédiés aux adultes, ni dans ceux des enfants. Comment
bien le soigner si déjà on ne lui accorde pas de place propre ? Idem pour la justice qui
répond aux délits des mineurs ou aux délits des majeurs ... mais entre les deux ?

Ce soir, je vais donc vous présenter la problématique adolescente, avec ce qu’elle
comporte de complexe et de passionnant à la fois. Qui peut prétendre avoirpassé son
adolescence sans encombre ? L’adolescent inquiète, il questionne, il remue, il dérange, il
pousse à bout, il revendique, ... mais qui est-il exactement ? Que vit-il dans son corps ? Que
vit-il dans sa tête ?

Et les parents : comment vivre ce passage des ados sans y perdre la tête ? comment
agir face à leurs provocations ? Comment comprendre leurs choix parfois si éloignés desnôtres ? Certes, aujourd’hui, les spécialistes préfèrent parler de processus adolescent plutôt
que de crise, il n’en est pas moins vrai que ce passage peut laisser des traces.

L’adolescence en question – Audrey de la Grange -1


1. Avant l’adolescence
La découverte de la sexualité infantile est un des points de départ de la psychanalyse
freudienne. Deux temps forts s’en dégagent: un premier se situe entre la période oedipienne
et l’entrée dans la phase de latence, puis un second démarre avec la puberté. Tout se
prépare dans l’enfance, mais tout se joue à l’adolescence. Le processus de l’adolescence
découle des stades précédents du développement. A ce titre, il est important d’en faire un
rapide rappel.

a-Le stade oral (0-8 mois1) est caractérisé par la fusionmère-enfant : l’enfant n’a
alors aucune conscience d’individuation. Son activité sexuelle est centrée sur l’activité
buccale, le nourrisson trouve son plaisir dans la succion, le suçotement et le jeu des lèvres.
« La succion et le suçotement qui existent déjà chez le nourrisson, qui peuvent subsister
jusqu’à l’âge adulte et même parfois toute la vie, sont constitués par un mouvementrythmique et répété des lèvres, qui n’a pas pour but l’absorption d’un aliment. Une partie des
lèvres, la langue, une autre région de la peau, souvent même le gros orteil, deviennent les
objets de la succion ( ... ) La volupté de sucer absorbe toute l’attention de l’enfant, puis
l’endort ou peut même amener des réaction motrices, une espèce d’orgasme »2.

b-Le stade anal (8-18 mois)...
tracking img