Adolphe de benjamin constant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4853 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Adolphe, l’inconstance
ou le reflet du « mal du siècle ».

Introduction

En France, après les événements de 1789, et plus encore après la chute de Napoléon, toute une génération de jeunes gens se trouve contrainte d’abandonner ses rêves de changement politique et manifeste son dégoût de la société réactionnaire de la Restauration, puis de celle bourgeoise de la monarchie de Juillet et de laIIe République. Jusqu’à la Révolution de 1848, la littérature française est dominée par le romantisme, mouvement de pensée d’envergure européenne, qui touche à des domaines aussi variés que les arts, la littérature, la philosophie, l’histoire, la critique, etc. Entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle apparaissent les « romanciers du moi », c’est l’âge d’or de la prose et plus précisémentdu roman autobiographique ou personnel, des mémoires, des confessions, des journaux intimes, etc. Ces romanciers s’attèlent à décrire les émotions et les passions de l’homme. Le travail de la raison est critiqué, et les romanciers prônent l’exaltation des sentiments. Les romans de l’époque répondent tous à la même exigence, celle de montrer l’homme intérieurement, c’est-à-dire de décrirel’expérience individuelle dans ce qu’elle a de plus particulier. On assiste à une véritable célébration de l’individualité et de la liberté, une exaltation du sentiment et de la passion, un fort engagement politique et en même temps une tentation toujours plus grande de la solitude. C’est la singularité qui est mise en avant au détriment de l’universalité. L’individu est mis au centre de la société et lalittérature romantique traduit le malaise de l’individu dans la société, son repli sur soi, sa mélancolie. La littérature romantique sera celle d’une mise à nu de soi et d’un véritable culte du moi, mais d’un moi souffrant, dans le prolongement des écrits rousseauistes dont le but était déjà celui de se découvrir afin de se connaitre soi-même.
Mais le romantisme français est nettement précédé etinfluencé par les romantismes anglais et allemand. Ce sera Mme de Staël qui introduira le romantisme allemand en France avec De l’Allemagne (1813). Parmi les auteurs proches de Mme de Staël, il convient de citer Xavier de Maistre, auteur du Voyage autour de ma chambre (1795), Étienne Pivert de Senancour, auteur du roman intitulé Oberman (1804), mais surtout Benjamin Constant qui est l’auteur denombreux écrits politiques et religieux mais ce ne sont pas à eux qu’il doit sa renommée. Il est essentiellement connu comme l’auteur du roman intitulé Adolphe (1816), ouvrage intime qui constitue une analyse pénétrante, minutieuse et profonde du cœur humain et un examen détaillé de la détérioration graduelle du sentiment amoureux qui conduit à l’échec.
Cette étude traitera du problème del’inconstance chez Constant, et plus précisément de l’instabilité du personnage d’Adolphe dans le roman éponyme, œuvre purement littéraire qui constitue un témoignage travesti de la personnalité complexe et ambigüe et de la vie sentimentale agitée l’auteur. Adolphe est un miroir de l’âme tourmentée de Constant. C’est la conscience de l’auteur qui s’exprime, sa subjectivité. Depuis la publication d’Adolphe,les critiques ont toujours cherché à établir avec précision tous les rapports imaginables entre la vie de l’auteur et le contenu du roman. Cependant Adolphe n’est pas considéré comme un roman autobiographique, mais plutôt comme un roman personnel, puisque Constant évoque le drame intérieur du personnage d’Adolphe sans pour autant s’identifier à lui. On remarque au contraire une forte volonté de lapart de Constant de nier l’identité réelle des personnages par la présence dans les préfaces de contestations telle que « Adolphe n’a de rapport avec aucun des individus que je connais, je n’ai voulu en peindre aucun, ami ou indifférent (…) », et l’on note également un souci d’authenticité avec l’« Avis de l’éditeur », la « Lettre à l’éditeur » et la « Réponse » de celui-ci. Mais il est...
tracking img