Affaire dreyfus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1673 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’AFFAIRE DREYFUS

-1894 : Condamnation d’un officier juif de l’état major, le capitaine Dreyfus, accusé d’avoir livré des secrets militaires à l’ambassade d’Allemagne.

-Défenseurs : son frère Mathieu, son ami l’écrivain Bernard Lazare, le président du sénat Scheurer-Kestner et le colonel Picquart, du 2ème bureau qui découvre un doc. Qui inculpe le commandant Esterhazy ? Cpdt l’état majors’oppose à toute révision du procès.

-14 janvier 1898 : publication dans L’Aurore J’accuse… de Zola.

-Division de la France en deux camps : dreyfusards et anti-dreyfusards.

-Les dreyfusards : (grosso modo) socialistes et radicaux, qqs républicains modérés. Défendent la vérité, la justice, les droits de l’individu. Mettent en cause : les officiers conservateurs, le cléricalisme. Soutenuspar : protestants, francs-maçons, et la Ligue des Droits de l’Homme (1898)

-Les antidreyfusards : nationalistes (Barrès, Déroulède), monarchistes, cathos. Fondatº de la Ligue de la patrie française. Presse antisémite et catholique (La Croix.)

-Le gouvernement des modérés perd tt autorité.

-1899 : pt culminant de la crise : découverte d’un faux fabriqué par le colonel Henry (qui se suicide)dans le dossier Dreyfus( révision inévitable.

-Pression de généraux et manifestatº nationalistes. Réunion à Rennes d’un nouveau Conseil de guerre qui aboutit à une ½ mesure : Dreyfus déclaré coupable, mais avec des circonstances atténuantes.

-février 1899 : mort du président de la Rép. Félix Faure. Successeur : modéré Emile Loubet. Manifestatº de la droite nationaliste aux funérailles de F.Faure le 23 février, et tentative vaine de Déroulède de traîner l’armée à l’assaut de l’Élysée, qui arrêté est acquitté en cour d’assises. 4 juin : Loubet est agressé.

-une partie des progressistes, devant cette atmosphère insurrectionnelle, décide de se rapprocher de la gauche pour défendre le régime. 22 juin 1899 : modéré Waldeck-Rousseau constitue un « ministère de Défense républicaine » àmajorité progressiste (malgré la présence de Galliffet), qui rétablit l’ordre. Chefs des ligues nationalistes arrêtés et condamnés. Waldeck-Rousseau entame la lutte contre les congrégatº qui ont joué un rôle majeur chez les antidreyfusards. C’est dans ce but qu’il fait voter en 1901 la loi sur les associatº qui exige que celles-ci demandent une autorisatº et remplissent certaines conditº pourpouvoir subsister.

-« Bloc des gauches » ( radicaux, socialistes et progressistes de W-R) remporte les éléctº de 1902. Pour mettre fin à la crise le nouveau gouvernement gracie Dreyfus.

-1906 : réhabilité et réintégré à l’armée. =>Désormais les républicains sont ceux qui étaient dreyfusards. Rejetée dans l’oppositº, la droite (anciens monarchistes, cathos et progressistes conservateurs) estdésormais nationaliste, militariste et autoritaire.

D’après Berstein & Milza, Histoire du XIXème siècle

La conscience française déchirée : l’affaire Dreyfus

À différence des gds révolutº, l’affaire relève avant tt de la sphère du débat politique. Avec une dimension particulière : poussée antisémite et nationaliste qui, même si elle menace peu en profondeur les institutº et l’ordre, il y aqd même une dimension morale qui met à l’épreuve les valeurs mêmes de la République.

Le procès Dreyfus

|-15 oct. 1894 : le capitaine Dreyfus, officier d’état majeur, arrêté et incarcéré pour|--À ce stade l’opinion est unanimement hostile à Dreyfus.|
|espionnage au profit de l’Allemagne. |--Seule la famille de D et un journaliste engagé par|
|-décembre : son procès se déroule à huis-clos. |elle, Bernard Lazare, luttent contre ce qui est pour |
|-22 décembre : reconnu coupable à l’unanimité, condamné à la déportation à vie. |l’opinion une évidence. |
|-5 janvier : dégradé dans la cour de l’École militaire. |...
tracking img