Affliction de russel banks

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1671 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Russel Banks : Affliction. Actes sud 1989.
Comme tous les grands romans (A la recherche du temps perdu, La Montagne magique, Don Quichotte, etc.), Affliction oppose deux mondes : l’ancien et le nouveau. Chaque personnage représente, subit, ou s’inscrit dans un de ces deux mondes : en gros ici, on voit bien qu’il s’agit de faire passer le village archaïque de Lawford dans le monde moderne,rentable, productif et capitaliste. La chasse au cerf revêt ici un aspect quasi-préhistorique que les pistes de ski supplanteront.
Wade possède un statut particulier : il ne s’inscrit dans aucun des deux mondes, il n’est à l’aise nulle part. Il trouve toujours à redire, à l’image de l’enseigne du café, qui ne lui convient pas, sans qu’il sache pour autant formuler ce qui le choque. Il ne chasse plusle cerf, il ne s'inscrit pas dans l'ordre traditionnel. Cependant il est chargé de maintenir l’ordre dans le village, c’est-à-dire l’ordre ancien. La scène où il bloque tout le monde devant l’école symbolise l’incapacité de Wade : en arrêtant le temps, il sème le désordre. Il n’est pas indifférent que la seule voiture qui sorte du rang en trombe à ce moment-là soit celle de la famille deTwonbley. Soit les capitalistes qui vont mettre la main sur le pays et qui n’ont certes pas de temps à perdre, bloqués par un flic bouseux qui ne sait plus décider, et à qui tout échappe. Révolté, Wade tentera de leur mettre une contravention qui lui reviendra naturellement comme un boomerang, comme la preuve dérisoire qu’il ne peut plus atteindre ces gens-là : il est littéralement dépassé et n’a pasintérêt à se tenir sur leur chemin.
Wade est le représentant d’une révolution qui n’aura pas lieu. Maltraité par l’ordre ancien, celui de son père excessivement brutal et de sa mère inexistante, il liquidera cet ordre-là. Mais il est incapable d’en créer ou du moins d’en concevoir un nouveau. Dans son isolement et son défaut d'imagination, tout ce qu’il trouve à tenter ressortit de la perpétuation :reprendre la maison familiale, s’occuper du père, contracter un mariage improbable avec Margie. Autant d’échecs prévisibles qui s’achèveront dans le paroxysme de la liquidation physique du père. En même temps, Wade a l’intuition qu’il se passe quelque chose de troublant avec le nouveau monde qui se met en place. Incapable de dépasser les déterminismes anciens, cherchant tout de même à y échapper,incapable de s’adapter au monde qui arrive, cherchant seul la vérité de ce monde nouveau, tel est Wade. Les germes d’une tragédie ou du moins les caractéristiques d’un personnage pathétique sont en place.
C’est ici qu’intervient la grande question du livre : Wade est-il fou ? Il est le seul à percevoir les éléments d’une intrigue parfaitement cohérente, avec l’aide toutefois de la vieille quipossède dans sa masure un ordinateur dernier cri (elle sait manifestement s’adapter et vivre avec son temps) au moyen duquel elle est arrivée à certaines conclusions quant à la privatisation du pays par LaRivière et ses acolytes. Elle partage ses conclusions avec Wade, et lui révèle ainsi un possible motif du meurtre hypothétique de Twonbley. Le puzzle se met en place dans la tête de Wade et sa thèsetient parfaitement debout.
Le génie du romancier réside dans la manière dont il raconte la mort de Twonbley : deux épisodes totalement différents (un meurtre, un accident) mais dont le statut narratif est parfaitement égal. Il est impossible au lecteur de décider. Que s’est-il vraiment passé ? Comme Wade est seul contre tous à croire au crime (même la vieille qui aurait pu être son alliée refusede prendre en compte les conséquences logiques de ses propres découvertes ; elle a intégré le monde nouveau comme son équipement technologique étonnant pouvait le laisser penser), et que nous assistons à la lente dégradation de sa santé mentale, le lecteur est tenté de se ranger lui aussi à la version dominante de l’intrigue, celle qui arrange tout le monde et surtout l’ordre nouveau. Et...
tracking img