Agriculture biologique et ogm

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1253 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’agriculture biologique et OGM.

Les superficies agricoles concernées par ces deux options techniques que sont l’agriculture biologique et les Organismes génétiquement modifiés ne peuvent être véritablement comparées qu’après avoir bien cerné les réalités qu’elles recouvrent. Qu’en est-il aujourd’hui ?

A/ Les superficies.

Les superficies gérées selon les normes de l’agriculturebiologique, c’est-à-dire quelques 31 millions d’hectares dans le monde en 2006, correspondent uniquement aux superficies qui ont été certifiées comme telles par des organismes indépendants.

Cette certification suppose le respect rigoureux de cahiers des charges dont le point central est l’interdiction du recours à des intrants fournis par l’industrie chimique c’est-à-dire des engrais, des produitsphytosanitaires, etc.

Or, on sait que dans les pays en développement vivent des centaines de millions d’agriculteurs qui n’ont pas accès, faute de moyens, à ce type d’intrants et qui pratiquent donc, malgré eux, une agriculture biologique.
A l’inverse, les immenses superficies qui relèvent d’itinéraires techniques estampillés « Agriculture biologique » en Argentine ou en Australie, premier pays dumonde dans ce domaine, ne correspondent pas pour l’essentiel à des terres cultivées, mais des pâturages peu productifs gérés de façon très extensive.

Les 102 millions d’hectares portant des plantes OGM en 2006 dans le monde correspondaient uniquement à des superficies cultivées, et le plus souvent de façon intensive.

B/ Essor et les zones de culture.

L’agriculture biologique a commencé àprendre un essor notable dès les années 1960, alors que les filières OGM sont beaucoup plus récentes : elles n’ont débuté dans les champs des agriculteurs qu’en 1996, date à laquelle elles concernaient moins de 2 millions d’hectares.

Les pays qui font le plus de place à ces deux filières sont assez largement les mêmes : Etats-Unis, Argentine, Chine, Brésil notamment.

Ces deux typesd’agriculture peuvent être pratiqués aussi bien sur de très grandes exploitations (souvent sur une partie seulement de ces exploitations) comme en Californie, ou sur des exploitations de taille moyenne.
Ainsi en France, la taille moyenne de l’exploitation spécialisée dans le « bio » est supérieure à la taille de l’exploitation française moyenne : ses rendements plus bas doivent être compensés par dessuperficies plus importante.

L’agriculture « bio » est assez souvent située dans des régions aux conditions agronomiques médiocres comme celles des montagnes du sud de la France, mais pas uniquement. Quant aux cultures d’OGM, on les trouve surtout dans les grands bassins de production agricole spécialisés dans la production de grains des deux Amériques.

C/ Les filières.

L’agriculturebiologique est très largement indépendante des firmes qui se situent en amont des filières agroalimentaires ; elle l’est moins vis-à-vis des firmes d’aval. Bien que les filières courtes de vente directe accompagnent souvent l’agriculture biologique, ses produits en effet de plus en plus souvent commercialisés par la grande distribution.

En revanche, les agricultures qui ont adopté la culture de plantesOGM sont très étroitement dépendants des firmes d’amont qui leur fournissent les semences et les produits phytosanitaires, partie intégrante du même « paquet technique », et relativement dépendants des firmes d’aval qui achètent leurs productions.

D/ Agriculture biologique et OGM face à la question environnementale.

L’agriculture biologique permet une bien meilleure gestion del’environnement que l’agriculture « conventionnelle » : ainsi les opérations de désherbage sont effectuées de façon mécanique et non pas à l’aide de traitements chimiques. En outre, des rotations culturales étalées sur des périodes relativement longues (de trois à cinq ans) permettent de lutter de façon « naturelle » contre les attaques de différents insectes (qui ne peuvent ainsi s’habituer à fréquenter un...
tracking img