Agriculture russie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2565 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Espace rural et agriculture

crise économique années 90 fortement ressentie dans l'agriculture
secteur réfractaire aux réformes avec exploitations privées en marge du système
recomposition de l'agriculture et du monde rural = réalité => mode d'organisation de l'espace original
secteur soutenu par l'État
L'agriculture russe : une situation brouillée
A. Un lourdhéritage
= point le plus faible de l'économie socialiste
contraintes du milieu ne sont pas une explication des difficultés
entre 1013 et 1960 valeur production agricole russe ¤ 2 dans un contexte de forte croissance alors qu' industrie ¤ 40
après 2GM : Russie structurellement massivement importatrice de produits agricoles (reste de l'URSS et autres pays socialistes et pays à économie demarché)
agriculture soviétique = très grandes structures collectives (98% SAU). Deux tiers étaient déficitaires. Faible productivité. Pertes de production considérables.
Existence des cultures individuelles sur lopin = toute petite fraction des terres mais ¼ de la production agricole (travail pour le Kholkhoze comme pour un maitre et lopin pour manger)
la deuxième collectivisation(Kroutchev) → paysans privés de bétails personnel et réduction de la superficie des lopins
B. Une transition paradoxale
campagnes en crise profonde quand période des réformes libérales avec dirigeants et paysans mal préparés au changement => effondrement lors du passage à l'économie de marché
des évolutions structurelles discrètes mais profondes se sont produites dans ce contexte de criseévolution paradoxale des campagnes russe :
lois à l'opposé des tendances observés dans les pays occidentaux:
lieux de performances différents
structures privatisées fonctionnent différemment des prévisions des experts
économie de marché mais sous des formes particulières
exemple: continuation de la toute petite agriculture sur lopin et réalise 52,7 % du produit agricole en 2005 sur 9,6 % de la SAU
pour y voir clair : travail précis, se limiter à des études de cas spatialement délimitées => aspect mosaïque de plus en plus complexe du secteur et de l'espace agricole => difficile d'appréhender les tendances actuelles
problèmes des indicateurs => 2006gouvernement = recensement général de l'agriculture

le choc du passage à l'économie de marché
A. 1991-1993 : le désengagement brutal de l'État
disparition de l'URSS → liquidation des exploitations collectives, et du système de commercialisation et de fourniture entre les mains de l'État
exploitation doivent se procurer désormais les entrants dans un contexted'hyperinflation et de responsabilité totale de l'écoulement des productions
dérégulation complète : l'État cesse achats production agricole et pleine autonomie financière des exploitations (dettes non effacées)
B. La liquidation ambiguë du système des exploitations socialistes
exploitations collectives mises en demeure de changer leur statut avant le 1er Janvier 93 :transformation en société par actions ou coopérative = chaque salarié à une part
dissolution et répartition des terres entre les salariés
solution mixte : restituer une part des terres aux salariés (fermiers indépendants) et exploitation collective
la majorité => réenregistrement en tant que société :
maintien du nom de Kholkhozechacun des actionnaires-salariés reçoit part théorique (paï) qui reste une abstraction
nouvelles sociétés : fonctionnement selon les anciennes règles
bénéfices éventuels redistribués selon poste et et travail de chacun et non de son nombre de parts
actionnaires demeurent des salariés dans un travail régie selon les règles antérieures
économie...
tracking img