Ai-je un corps ou suis-je un corps ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1202 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DISSERTATION

A l'heure où le diktat de la minceur, de la beauté des corps pèse sur la population (que ce soit hommes ou femmes) et génère de nombreuses réactions directement liées à cette image de perfection que véhicule les médias et certaines personnes, l'on peut s'interroger sur l'importance qu'un sujet donne à son corps. Est ce que l'apparence estprimordiale? Est ce que mon corps est le reflet de ce que je suis? "Nous ne sommes pas seulement corps, ou seulement esprit; nous sommes corps et esprit tout ensemble." affirme George Sand dans Histoire de ma vie. Ainsi posons nous la question suis-je étranger à mon corps ou est ce que tout mon esprit l'habite pour que l'on puisse dire que mon esprit et mon corps ne font qu'un? Ai-je un corps ou suis-jeplutôt un corps ou même suis-je mon corps?


Si l'on me posait la question : as-tu un corps, ma réponse spontanée serait oui bien entendu. Je ne suis pas qu'un esprit pensant et conscient transparent, flottant dans l'air comme un spectre. On peut me toucher et constater que mon corps est bien fait de matière et qu'il n'est pas uneillusion. Ces caractéristiques sont valables pour toutes personnes. De ce fait, ce corps me définit en tant qu'humain.
Comme un objet, un corps humain a des des caractéristiques que l'on retrouve pour chaque corps et qui permettent sa reconnaissance. L'utilisation de l'article défini "un" met en avant le coté objectif du corps. Cependant avoir un corps est fondamentalementdifférent que d'avoir une voiture ou stylo. Je ne peux pas prendre le même recul par rapport à mon corps et l'observer de dessus, de dessous sous toutes ses coutures sauf s'il ne s'agit pas de mon corps, par exemple lorsqu'un médecin pratique une dissection pour pouvoir observer l'anatomie du corps humain. Ce corps sera donc perçu comme un corps en tant qu'il est objet avec des caractéristiques et unfonctionnement spécifiques qui sont propres à tous les corps. On utilise d'ailleurs l'article indéfini "du" qui donne une portée généralisante au corps.
De plus, je ne possède pas mon corps de la même manière que je possède un objet, je ne peux en disposer comme je le veux, faire tous les gestes que j'aimerais : le corps a ses limites. Par exemple lorsque l'on demande à unmusicien de jouer de plus en plus vite, à un certain moment il atteint sa vitesse maximale, cette limite est corporelle et non pas spirituelle car le musicien peut penser les notes à jouer plus vite que ce que sa main ne les jouent. Ainsi le corps peut être vécu et perçu comme un espèce de carcan dont on ne peut se libérer.
Tout ce qui est dit précédemment montre que le corpsest différent de l'objet mais le plus important est le fait que notre pensée et notre conscience sont intimement liées à ce corps et lui procure donc une subjectivité irréductible.


La réponse à la question suis-je un corps ne vient pas spontanément. Ce qui est certain est que je ne me réduis pas à un corps. Malheureusement certainesactions humaines comme un viol nous invite à penser que l'on peut être réduit à un corps.
C'est ma pensée, consciente qu'elle est en train de penser, qui me permet d'affirmer Je suis. La conscience que j'ai de mon corps et ma pensée lui donne vie. Même si mon corps n'est pas un objet, il est avant tout une extériorité contrairement à ma pensée. Il est ce qui insère unindividu dans la société car mon corps permet la communication sous toutes ses formes.
Le corps est aussi une sorte de façade que l'on façonne selon l'image que l'on veut donner à ceux qui nous entourent, notre façon de nous vêtir, de nous maquiller, parer, de marcher sont des signes et révèlent forcément quelque chose. Mais devant la si grande importance que l'on accorde à...
tracking img