Aire asiatique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1327 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

Avec 10% de croissance du PIB par an, la Chine, à elle seule, illustre bien la fulgurante ascension de l’Asie Orientale. Essentiellement animé par Japon, Singapour, Taiwan, la Corée du Sud et la Chine Bleue, l’espace continental de l’Asie de l’Est bouscule les équilibres géoéconomiques et géopolitiques aux échelles régionales et mondiales. Bien qu’il n’intéresse qu’une partie ducontinent, on parle même de « miracle asiatique », c’est aussi, qu’a été employé pour la première fois de concept de NPI, « Nouveau Pays Industrialisé ». En effet, concentrant 2 milliards d’habitants, la façade pacifique eurasienne est rapidement devenue un centre économique et culturel qui s’inscrit de plus en plus dans le processus de la Mondialisation.Mais, dans quelle mesure peut-on parler d’une aire de puissance ? Quels sont les acteurs et les fondements de la puissance d’Asie de l’Est ? Quels en sontles limites, les signes d’unité, de diversité et les perspectives d’avenir ?

L’Asie Orientale s’impose d’abord par son poids démographique. Avec seulement 12% des terres émergées, elle n’en abrite pas moins du tiers de l’humanité. C’est traditionnellement, une aire de forte densité, près de 3 fois celle du monde. Elle est d’ailleurs le premier foyer de peuplement de la planète, le centre degravité du monde. En raison des politiques de limitation des naissances et de l’élévation des niveaux de vie, la croissance exponentielle démographique du territoire tend néanmoins à se stabilisée. Mais, à l’instar de la ville-monde de Tokyo qui compte 30 millions d’habitants ou de Shanghai qui en totalise 23 millions, les hommes s’installent dans les métropoles littorales ou plénières etdélaissent les montagnes. De 1975 à nos jours, le taux d’urbanisation est ainsi passé de 25% à 40% et atteindra en 2025, 60%.

Troisième pôle de la Triade, La puissance asiatique de l’Est est aujourd’hui un centre d’impulsion moteur de l’espace mondialisé. Elle cumule ¼ des richesses mondiales et 1/5 des échanges internationaux. Dans cet esprit, suivi de Séoul, Hon Kong et Singapour, l’aéroport de Tokyoest le deuxième aéroport mondial et les premiers ports du trafic de conteneurs à l’échelle internationale. De même, le CBD (Central Business District), les zones industrialo-portuaires, et les façades maritimes témoignent d’un espace qui se veut ouvert sur le monde. On remarquera par ailleurs qu’en perpétuelle compétition, les métropoles portuaires et les capitales politiques cherchent à capterles activités de commandement, les flux touristiques et les évènements de portée internationale telle la conférence de Kyoto ou les JO de Pékin. Mais la force économique de l’Asie Orientale réside principalement en sa puissance industrielle et son rayonnement commercial. Plus que d’autres aires de puissance, celle de l’Asie Orientale a une activité industrielle importante. Les économistesassimilent déjà la région à « l’atelier du monde ». Toutes les industries y sont représentées, de l’industrie lourde (construction naval et sidérurgie) à la fabrication de jouet principalement en Chine, en passant par le textile, l’électronique et la robotique. Forts d’une industrie efficace et d’une main d’œuvre abondante et bon-marché, le Japon et la Chine se hissent même au rang de 4e et 3eexportateur mondial. Les marques japonaises telles que Sony, Toyota ou Canon s’imposent ainsi progressivement auprès des leaders de la société de consommation.

Quant aux « Petits Dragons » (Corée du Sud, Hong Kong, Singapour et Taiwan), suivant le confusionnisme et la stratégie de développement en « vol d’oies sauvages », ils ont rapidement rejoint le niveau vie japonais. La croissance des Tigres...
tracking img