Alain et la technique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (328 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Alain
"Il est remarquable que le monde animal ne fasse point voir la moindre trace d'une action par outil. Il est vrai aussi que les animaux n'ont point de monumentsni aucun genre d'écriture. Aucun langage véritable ne lie une génération à l'autre. Ils ne recoivent en héritage que leur forme ; aussi n'ont-ils d'autres instrumentsque leurs pattes et mandibules , ou , pour mieux dire , leur corps entier qui se fait place. Ils travaillent comme ils déchirent , mastiquent et digèrent , réduisenten pulpe tout ce qui se laisse broyer . Au contraire , l'outil est quelque chose qui résiste , et qui impose sa forme à la fois à l'action et à la chose faite. Par laseule faux, l'art de faucher est transmis du père à l'enfant. L'arc veut une position des bras et de tout les corps , et ne cède point. La scie de ême ; les dents defer modèrent l'effort et réglementent le mouvement ; c'est tout à fait autre chose que de ronger . Tel est le premier aspect de l'outil . J'en apercois un autre , quiest que l'outil est comme une armure. Car le corps vivant est aisément meurtri , et la douleur détourne ; au lieu que l'outil oppose solide à solide , ce qui fait quele jeu des muscles perce enfin le bois , la roche , et le fer même. Le lion mord vainement l'épieu , le javelot , la flèche. Ainsi l'homme n'est plus à corps perdu dansses actions mais envoie l'outil à la découverte. Si le rocher en basculant retient la pioche ou le pic, ce n'est pas comme s'il serrait la main ou le bras. L'homme seretrouve intact, et la faute n'est point sans remède. D'ou un genre de prudence où il n'y a point de peur. On comprend d'après ces remarques la puissance de l'outil."
tracking img