Alber camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (287 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
François Truffaut, 1932-1984, né à Paris. Passionné de cinéma, très jeune, il a une jeunesse de voyou: centre pour délinquants, prison, pour désertion après une courtecarrière militaire. Il collabore avec Elle et la Gazette du cinéma, puis il critique le culte des auteurs dans les Cahiers. Il prône un cinéma sincère et ingénu, « àla première personne » avec les Quatre Cents Coups (1959, les premiers pas dans la vie d'un « enfant terrible » qui était son alter ego, et qu'interprétait un jeuneacteur (Jean-Pierre Léaud) qui lui ressemblait comme un frère). Ses films sont empreints d'autobiographie: Baisers volés, Domicile conjugal, l'Amour en fuite. Il abandonnele côté intimiste pour Jules et Jim (1962) la Peau douce (1964), la Chambre verte (1978). Il affectionne l'enfance, facétieuse ou meurtrie, mais toujours menacée: lesMistons, l'Enfant sauvage (description quasi clinique d'un cas d'autisme guéri à force d'amour, où Truffaut interprétait lui-même le rôle du thérapeute), l'Argent depoche (1976), l'Histoire d'Adèle H., Fahrenheit 451, Deux anglaises et le continent, le Dernier Métro, la Nuit américaine, L’Homme qui aimait les femmes, la Femme d'àcôté, Vivement dimanche! . Décédé d'une tumeur cérébrale à 52 ans, il a également écrit sur Hitchcock, et d'autres livres. Il était très proche d'André Bazin. JacquesRivette, né en 1928 à Rouen. Brillant critique et rédacteur en chef (de 1963 à 1965) des Cahiers du cinéma, il est le réalisateur de la Nouvelle Vague demeuré le plus marginaljusqu'au succès de la Belle Noiseuse (Grand Prix du festival de Cannes 1991). Oeuvre marquée par le goût des sociétés occultes, du complot, du secret, et goût pour
tracking img