Albert camus, les justes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3317 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Biographie
Il est né le 7 novembre 1913 à Mondovi, en Algérie qui à l'époque était française. Moins d'un an après sa naissance, son père est mobilisé en métropole et blessé pendant la bataille de la Marne. Il meurt en octobre 1914. Sa mère, à moitié sourdre et analphabète va alors s'installer chez sa propre mère a qui elle confit l'éducation de ses enfants, Albert Camus et son frère.
Il faitses études à Alger et son instituteur, Louis Germain, lui donne des cours particuliers pour lui permettre d'entrer en sixième. Camus lui sera toujours reconnaissant et d'ailleurs, c'est à lui qu'il dédie son discours pour le prix Nobel de littérature en 1957.
En 1930, il doit être hospitalisé parce qu'on découvre la tuberculose. Quatre ans plus tard, il adhère au parti communiste, qu'ilquittera en 1937. La même année, il fonde à Alger le Théâtre du Travail et publie son premier livre : L'envers et l'endroit.
En 1940, il part à Paris et prend la direction du journal clandestin Combat dans lequel il publiera, au lendemain des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki un éditorial contre l'usage de la bombe atomique. Il s'illustre par la suite par des prises de position politique marquéesqu'il exprime dans ses œuvres ainsi que par une véritable réflexion philosophique sur le monde qui l'entoure. C'est à juste titre alors qu'il obtient en 1957 le prix Nobel « pour l'ensemble de son œuvre mettant en lumière les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes. ».
Il meurt le 4 janvier 1960 d'un accident de voiture.
Bibliographie
Publications assez diverses puisque→ essais, romans, nouvelles, pièces de théâtre...
On peut par exemple retenir :
– L'envers et l'endroit, essai publié en 1937
– Caligula, pièce en 4 actes publiée en 1944
– L'Étranger, roman publié en 1942
– La Peste publié en 1947
– Les Justes, pièce en 5 actes publiée en 1949
– L'été, essai publié en 1954

Mouvement littéraire : théâtre existentialiste
Théâtre qui, après la WW2pousse l'homme à repenser son rapport au monde et la liberté, et donc, ils font de leur théâtre le lieu de l'expression de leurs opinions tant politiques que philosophiques. Les Justes pose par exemple la question de la fin et des moyens. Ce n'est pas un théâtre qui cherche à renouveler les formes esthétiques d'un genre, mais bel et bien à interroger les spectateurs sur des questions philosophiques,sans que le lieu ou le temps de l'action n'ait de réelle importance. C'est pourquoi donc à aucun moment Camus ne mentionne explicitement la date à laquelle se déroule l'action. C'est peut-être aussi la raison pour laquelle Camus a cherché, il le dit lui-même à « grossir les effets ». C'était peut-être un moyen pour lui de faire de chaque geste et chaque personnage un symbole plus qu'un individu àpart entière et unique
Genre : tragédie
Les Justes est une tragédie tout ce qu'il y a de plus classique au niveau de la forme. C'est une pièce en 5 actes, centrée autour d'une crise. Les lieux sont peu variés et exigent un décor minime. La durée ne dépasse pas une semaine. Camus ne laisse place à aucune extravagance. Ce qui domine, c'est peut-être la volonté pas tellement respecter, mais plutôtd'utiliser la règle très classique de la bienséance, même si ici ce n'est certaine pas pour ne pas choquer le public en montrant des images trop dures que Camus fait ce choix. À aucun moment la mort n'est représentée sur scène et à la manière des tragédies raciniennes, elle est toujours racontée : Camus donne à voir plus qu'il ne fait voir, comme si finalement, l'importance n'était pas dans lesgestes, dans les faits, mais peut-être plus dans les mots. Il faut toucher les esprits plus que les yeux.
Il semble que le langage aille aussi dans cette voie puisque les personnages échangent leurs idées dans un langage toujours soutenu.

Résumé
Pièce de Camus = basée sur un événement réel. Attentat qui a eu lieu à Moscou en 1905 : attentat du grand-duc Serge. Camus le dit lui-même : « cet...
tracking img