Albert lozeau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (372 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans ce poeme d’albert lozeau, il est vrai qu’il y a beaucoup d’ambiguité par rapport au sentiment qu’il éprouve envers l’automne, qui est considéré comme sa saison favorite. Selon moi, Lozeau estcharmé par la beauté de celle-ci. Cependant, comme le titre de son poeme l’indique, il y voit aussi le côté sombre de ce charme. En effet, il accuse l’automne de mener les gens vers la mort, plusprécisement ceux possédant une âme faible. Selon moi, la raison pour laquelle l’auteur pense cela s’explique par le fait que l’automne est considéré comme un des moments de l’année ou tout semble perdrevie. Par exemple, il n’y a qu’à penser aux feuilles qui tombent des arbres ou des fleurs qui meurent. Elle peut donc sembler, d’un certains point de vue, déprimante. De plus, le poete pense que celaaffecte beaucoup les sentiments et les états d’âme, car celle-ci peut mener les gens a ressentir de la mélancolie, de la tristesse. D’ailleurs, je pense que ces lignes le démontre bien : .. . . . On peutvoir de ce passage que l’automne semble avoir donner a la personne un désir de mourir, car l’a trop déprimé. Bref, malgré le coté …..

Selon Lozeau, la nature durant cette saison est enchantricepar ses couleurs, ses nuances et sa beauté. Cependant, il considère aussi cette beauté comme ``empoisonné``, puisque L’automne est aussi un moment de l’année considérée comme ``morte`` etdéprimante. A la première lecture du poeme, je peux vite voir que l’auteur fait souvent des liens avec la mélancolie, la tristesse, la déprime, ce qui n’est pas du tout bête. En effet, la majorité des gensconsidèrent souvent l’automne comme la saison morte, car c’est a ce moment de l’année ou tout semble perdre vie, comme les feuilles des arbres et leur fleurs, par exemple. Albert Lozeau semble dire quela saison d’automne influence beaucoup l’état d’âme des gens et ce passage l’indique bien : Un vœu profont de n’être plus, infiniment, sempare vientot delle et cest ta faute automne, qui la berces...
tracking img