Alcool

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4056 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
20 Avril 2010
Sivan Bensamoun
5 GTA
Centre Scolaire Ma Campagne

ANTHOLOGIE

XIXème et XXème siècles

Thème : L’alcool dans la poésie et la peinture
du XIX et XXème siècles

2009-2010
Mme Leloup

Table des matières

I. Motivation
a) Introduction
b) Questions

II. Poèmes :
A. Absinthe de Raoul Ponchon (XIXème)
B. Roman d’Arthur Rimbaud(XIXème)
C. Fiesta de Jacques Prévert (XXème)
D. Nuit Rhénane d’Apollinaire (XXème)

III. Chanson : - Je bois de Boris Vian

IV. Peintures :
-L’ivrogne de Edme Brun (XIXème)
-Peinture alcoolique de Robert Combas (XXème)

V. Photo

VI. Synthèse et conclusion

VII. Annexe

I. Motivation

A. Introduction

J’ai choisi le thème de l’alcoolcar je ne voulais pas en rester aux stéréotypes des alcooliques comme les alcooliques anonymes ou du clochard saoul. Or les poètes et les artistes en parlent de manière métaphorique ou parfois crue mais sans préjugés. C'est un thème universel, on le retrouve à toutes les époques. En effet, aussi loin que l’on remonte, l’alcool est présent dans l’histoire de la littérature. Les Grecs puis les Romainsavaient déjà le culte du vin mais c’est surtout à partir du XIXème siècle que l’alcool a le plus contribué au développement de la littérature. Il a influencé le mode de vie et le style des écrivains et il en va de même pour les artistes. Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Apollinaire ou Prévert, Van Gogh, Modigliani, Pollock ou Bacon … impossible de dresser la liste complète de tous ceux qui ont liéleur création à la consommation d’alcool. Certes, tous les artistes et poètes ne sont pas des alcooliques, certains ont conscience des dangers et qu'il y a des boissons interdites (absinthe). Néanmoins, ce thème est omniprésent dans la création depuis plus de deux siècles.

B. Questions

- Quels sont les états d’ivresse décrits dans les œuvres ? L’ivresse dépeinte est-elle joyeuse,triste ? Entraîne-t-elle la violence, la colère ou permet-elle d’accéder à un véritable calme intérieur ?
- Comment l’alcool peut-il être une sorte de remède pour lutter contre le suicide ?
- Quelles sont les raisons invoquées pour boire ? Oublier les soucis, les malheurs? Faire la fête ?
- L’alcool a-t-il un sens religieux? Est-ce une habitude culturelle? Ou seulement une pratique d’alcoolique?Autant de questions qui font sens lorsque l’on traite des rapports de l’alcool et de la création littéraire, poétique ou picturale.

II. Poèmes

A. XIXème siècle : L’absinthe de Raoul Ponchon (1847-1937)

Absinthe, je t'adore, certes !
Il me semble, quand je te bois,
Humer l'âme des jeunes bois,
Pendant la belle saison verte !

Ton frais parfum me déconcerte.
Et dans tonopale je vois
Des cieux habités autrefois,
Comme par une porte ouverte.

Qu'importe, ô recours des maudits !
Que tu sois un vain paradis,
Si tu contentes mon envie ;

Et si, devant que j'entre au port,
Tu me fais supporter la Vie,
En m'habituant à la Mort.

Absinthe. 1888, in La muse du cabaret, recueil paru en 1920. Ed. Fasquelle

Dans ce sonnet, Raoul Ponchon explique l’importance del’alcool dans sa vie et exprime son adoration absolue, quasi religieuse au point de personnifier l’absinthe (Quand je te bois). Le poète s’exprime à la première personne du singulier tout au long du poème.
Dans la première strophe, il commence par s’adresser directement à l’absinthe qu’il personnifie. Il fait l’éloge de son goût qui évoque en lui une odeur, et au-delà la renaissance de lanature c'est-à-dire le printemps (la belle saison verte). Il décrit la nature comme fertile, belle et spirituelle (l’âme du jeune bois).
Dans la deuxième strophe, l’auteur évoque les effets que cette substance illicite lui procure: «Et dans ton opale, je vois des cieux habités autrefois ». On voit apparaître ici le sens religieux de son adoration de l’absinthe, comme s’il lui vouait un culte....
tracking img