Alcools

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2022 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
 

Fiche de lecture

« Alcools »
de Guillaume Apollinaire

ID FDL : 145

« Alcools » de Guillaume Apollinaire

Sommaire :

1. Biographie de Guillaume Apollinaire
2. Bibliographie d’Hervé Bazin
3. Le recueil intitulé « Alcools » -
Analyse de Le Pont Mirabeau, Colchiques, Chanson du Mal Aimé, Santé.

Travail :

1. Biographie

Guillaume Apollinaire, de son vrai nomGuillaume Apollinaris Kostrowitzky, est né à Rome en 1880. Il est le fils d’une jeune polonaise et d’un père inconnu. Il vivra d’abord en Italie puis, de 1886 à 1898, sur la Côte d’Azur et à Monaco. Il arrive à Paris en 1899.

En 1901, il part en Rhénanie comme précepteur. Il adore cette région et le Rhin jouera un rôle important dans son inspiration poétique. En 1902 il rentre en France après unedéception amoureuse. La gouvernante anglaise des enfants pour lesquels il était précepteur a repoussé ses avances. En mars, il publie son premier conte « L’Hérésiarque » et il sera signé du nom de Guillaume Apollinaire.

Devenu employé de banque, il fréquente Alfred Jarry,Max Jacob et André Salmon, mais aussi Derain, Vlaminck et Picasso. A deux reprises il va se rendre à Londres pour tenter derécupérer son amour Rhénan, mais ce sera sans succès. De ce moment naît en lui la sensation qu’il est un mal aimé. Nous sommes en 1904 et il faudra attendre l’année 1907 pour qu’il tombe follement amoureux de Marie Laurencin. Apollinaire continue à fréquenter les réunions littéraires de la rive gauche ainsi que celles de la Closerie des Lilas.

Son premier livre, « L’Enchanteur pourrissant » paraît en1908. Il quitte la banque et touche à l’édition. A partir de 1910, il devient un important critique d’art et écrit dans « L’Intransigeant » et dans « Paris-journal » Son premier roman, « L’Hérésiarque et Cie », paraît la même année. Mais, en 1911, un bref séjour en prison d’une semaine, après le vol de la Joconde, va le marquer profondément. Il sera disculpé, mais sa liaison avec Marie Laurencinse met à battre de l’aile et se termine par une rupture en 1912. Il s’en remettra mal et cela ne fera que le confirmer sur dans son rôle de mal-aimé. C’est cette même année qu’il s’installe dans ce qui sera son dernier domicile au 202 du boulevard Saint-Germain.

A cette époque, son rôle de critique d’art va prendre de plus en plus d’importance. Il soutient les futuristes italiens et lesAllemands faisant partie de la revue berlinoise « Der Sturm » C’est en 1913 qu’il publie son recueil de poèmes « Alcools ». Au moment de la déclaration de guerre, il a de nombreux travaux en cours mais il s’engage de suite.

Il est versé dans une compagne d’artillerie et sera en 1915 en Champagne. C’est de là qu’il écrit ses poèmes enflammés à Lou qu’il a rencontré à Nice quelques semaines avant laguerre. Cette passion a été foudroyante et enflammée, mais n’a pas duré longtemps. Il écrit aussi beaucoup à une certaine Madeleine Pagès qu’il a rencontré dans le train entre Nice et Marseille. Ils se fiancent la même année en août, pendant une permission, juste avant que d’être muté comme sous-lieutenant dans l’infanterie.

En mars 1916 il est blessé d’un éclat d’obus à la tempe et sera trépané àdeux reprises. Il mettra du temps à s’en remettre et à sa sortie de l’hôpital il sera muté à Paris dans des bureaux. On ne parle plus des fiançailles… Fin 1916, il publie « Le poète assassiné ». Il devient célèbre et nombreux sont ceux qui vont se réclamer de lui, comme Tzara ou Breton.

En 1917 « Les mamelles de Tirésias » sont jouées au théâtre.

En 1918 il épouse Jacqueline Kolb mais, ennovembre, il meurt de la grippe espagnole.

Apollinaire a été un très grand poète mais il a également écrit pour le théâtre, de nombreux contes qui touchent au fantastique et même à la science fiction ou à l’érotisme ( « Les douze mille verges »)

2. Principales œuvres poétiques

- « Alcools »
- « Poèmes à Lou »
- « Calligrammes »

Théâtre

- « Les mamelles de...
tracking img