Alexandre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2446 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I) Du traumatisme à la reconstruction A) L’ouragan Katrina, une catastrophe historique

En moyenne, une dizaine d’ouragans sévissent dans les Caraïbes chaque année. Avec 14 ouragans enregistrés, 2005 fut une période particulièrement violente. Le 23 août, une dépression est signalée dans les Bahamas et la formation d’un ouragan est déclarée. Tout d’abord qualifié d’inoffensif, celui-ci traversela Floride avant de se régénérer dans le golfe du Mexique faisant des dégâts impressionnants mais causant peu de pertes humaines. Il atteint sur l’échelle de Saffir-Simpson la catégorie 5 et ses vents dépassent 250km/h. Il se dirige alors tout droit sur la Nouvelle-Orléans qui a décrété l’ordre d’évacuation de la ville en raison d’une submersion possible. Les Etats du Mississippi et de l’Alabamademandent à leur tour aux citoyens de ne sortir sous aucun prétexte et déclarent l’état de risque maximal. Beaucoup de citoyens quittent la ville de la Nouvelle-Orléans en emportant tout ce qu’ils peuvent mais une grande majorité trop pauvre, est contrainte de rester et de subir les conditions climatiques exécrables. Débute ainsi le scénario catastrophe qui aurait dû être anticipé par lesautorités. En effet les digues lâchent et la ville se retrouve engloutie par l’eau du lac Pontchartrain. Les populations des quartiers populaires situés sous le niveau de la mer et peuplés en grande majorité par les populations Afro-américaines sont dans l’obligation de quitter la ville mais faute de moyens se retrouvent bloquées par la montée des eaux qui par endroits s’élève à deux mètres de hauteur.Après avoir dévasté la ville, l’ouragan s’enfonce dans les terres et détruit tout sur son passage alors même qu’il perd de son intensité. Le nombre de victimes augmente notamment dans le Mississippi et en moindre mesure dans l’Alabama. 3 jours après le passage de l’ouragan, un bilan fait état de plus de 1800 morts et plus de 2.3 millions d’américains sont privés d’électricité. A la Nouvelle-Orléans,les conditions sont épouvantables et des dizaines de milliers de personnes survivent dans un état précaire. Elles sont sans abri, sans nourriture et sans eau

potable et attendent vainement les secours qui tardent à arriver. Seul, le Superdome, stade symbolique de la ville, est mis à la disposition de plus de 30000 réfugiés mais ils ne bénéficient ni de soins, ni de nourriture et sont entassés àl’intérieur. Les autorités craignent l’apparition de maladies comme le choléra, d’infections de la peau ou encore d’infections respiratoires qui ne tardent pas à arriver.

Par ailleurs la ville livrée à elle-même voit les désordres se multiplier. Tandis que les recherches pour secourir des sinistrés coincés continuent sans relâche, l’anarchie incite les pillards et les vandales à semer laterreur. De véritables fusillades éclatent entre les forces de l’ordre désemparées par l’événement et des sinistrés qui cherchent de quoi nourrir leur famille. Les magasins sont dévalisés. Les rescapés se ruent sur la nourriture et se battent avec acharnement pour nourrir leur famille. Les secours sont débordés, d’autant que de nombreuses personnes souffrent de déshydratation du fait de la chaleurépuisante. De plus, les pharmacies sont assiégées par les victimes à la recherche de médicaments pour soigner leur famille. Enfin le problème majeur réside dans les destructions des bâtiments ; la ville est inondée à 80% ce qui ralenti les secours. Vingt-quatre heures après le passage de Katrina, seulement 5 bateaux de police sont opérationnels et une aide privée est obligée d’intervenir. Les autoritésde la ville et de Louisiane sont complètement dépassées par les événements et attendent les ordres de l’Etat fédéral complètement absents. Par la suite, la ville devient sous haute surveillance avec l’arrivée de 40000 soldats. Les autorités se préoccupent plus des détenus en cavale que des milliers de citoyens affamés et désespérés. La surface dévastée très large rend les opérations de...
tracking img