Aline, charles ferdinand ramuz

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2587 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’histoire :
Ils se revoient souvent, mais un jour, Aline rentre plus tard que d’habitude et sa mère lui demande où elle était. D’abord elle lui dit qu’elle était chez Élise, une amie, mais ensuite elle lui avoua qu’elle avait vu Julien et sa mère lui interdit de le revoir. Aline obéit docilement à sa mère, jusqu’au jour ou elle lui dit que ces choses-là passent. Ce que lui dit sa mère ravivases sentiments pour Julien et elle décida de lui envoyer une lettre dans laquelle elle disait qu’elle l’aimait, que sa mère lui avait interdit de le revoir, mais qu’ils pourraient se voir plus tard, lorsque sa mère dormirait. Elle ajouta que s’il ne pouvait pas venir qu’il lui laisse un signe. Julien fut surpris de recevoir une lettre d’Aline et il pensa à elle pendant son travail dans les champs.Extrait :_ lettre d’Aline à Julien._
« MON CHER JULIEN,
« J_’ai tellement peur que tu sois fâché que je veux te dire que je ne suis pas fâchée, seulement c’est maman qui ne veut pas que j’aille, parce qu’elle m’a vue et j’aurais bien voulu retourner. Mais je n’ai pas pu ; seulement je ne peux plus ; si tu veux, nous nous reverrons comme avant, mais plus tard, j’ai pensé si tu veuxm’attendre demain soir vers les dix heures vers la maison, elle dort et si tu ne peux pas, mets une lettre sous la haie, là où il y a le prunier, mais tu pourras bien, parce que je t’aime et je te dis adieu à demain._
_« Ton amie qui t’aime de tout son cœur,_
« ALINE. »
Au mois de novembre, Aline reste enfermée chez elle à coudre des vêtements et des langes pour son futur enfant. Elle voit lefutur avec appréhension et se demande si elle aura mal pendant l’accouchement. En décembre, son ventre est de plus en plus gros et elle commence à être de plus en plus malade. Elle ne reçoit de soutien de personne alors qu’elle en a terriblement besoin. Elle a une forte dépression et fait des cauchemars. Aline se demande pourquoi personne ne rejette la faute à Julien et pourquoi il continue à vivresa vie normalement alors qu’elle ne pourra plus jamais le faire.
Le lendemain, un taupier la retrouve pendue à un poirier (lorsqu’elle a fait l’amour avec Julien, c’était au pied d’un poirier). Elle s’était suicidée. Sa mère dit que c’était bien fait pour elle et les rumeurs courent encore une fois au village. Les voisines préparent le corps d’Aline et veillent sur elle toute la nuit et lelendemain, les gens curieux viennent prendre des nouvelles. Henriette n’a toujours rien dit depuis « le bien fait pour elle ». Lors de l’enterrement d’Aline, il n’y a pas beaucoup de monde et sa mère fait une crise d’hystérie lorsqu’elle voit le cercueil de sa fille et de son petit fils. Mais trois hommes la retiennent.
Extrait :_ mort d’Aline et de son fils._
_Minuit avait sonné. Tout à coup,Aline se mit à sangloter. Il se fit un grand cri dans sa tête : « Il est fiancé ! il est fiancé ! C’est fini. Ah ! le pauvre petit, il vaudrait mieux qu’il meure. Et moi... »_
_L’enfant remua dans son berceau. Sa respiration était sifflante et rare, avec un bruit de déchirement. Aline considérait son fils de ses grands yeux hébétés. « C’est fini, pensait-elle, il va mourir, il va mourir ! » Sespaupières restaient sèches» Elle voulut prendre l’enfant ; il vomit une sorte de bile verdâtre. Elle détourna la tête._
_— _Oh ! non, dit-elle, oh ! non, je ne veux pas.
_Les matières, épaisses et visqueuses, s’étaient répandues sur la bavette et y restaient attachées. Les efforts qu’il faisait tordaient son petit corps. Il semblait que la vie se réfugiait plus profond, à chaque secousse,pour le faire souffrir plus longtemps. Et Aline frissonna._
_Et, à ce moment, il y eut une force qui vint en elle et qui agit en elle sans quelle pût résister. Ses mains s’agitèrent convulsivement. Alors elle replia le traversin sur la tête de son enfant, pesant de tout son poids. On entendit un petit bruit pareil au murmure de l’eau dans le goulot d’une fontaine ; elle appuya plus fort, on...
tracking img