Allaiter, ne pas allaiter, le choix des mères

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2344 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’allaitement est une pratique naturelle pour nourrir son bébé, pourtant allaiter n’est pas un choix si évident pour toutes les mères. Depuis quelques années, on assiste à un véritable retour en grâce de l’allaitement maternel. Dans notre société, allaiter, ne pas allaiter … qu’est-ce qui influencerait le choix des mères ?
Nous verrons que les responsables de la santé recommandent de plus enplus aux jeunes mères d’allaiter. En effet même le gouvernement s’implique dans cette pratique, au niveau législatif. Ainsi nous découvrirons que cela a eu un impact au niveau professionnel, peut-être responsable de l’augmentation du taux d’allaitement en France depuis ces trente dernières années.
Cependant, nous constaterons que la France fait partie des pays européens où le taux d’allaitement estle plus faible et que les françaises opposent encore quelques résistances à l’allaitement. Enfin, nous verrons que certains discours pro-allaitement ont des répercussions néfastes sur le libre choix des femmes à cette pratique, et que des informations erronées peuvent souscrire à ces mères toute objectivité dans leur choix. .

Allaiter ou non, telle est la question qui se fait de plus enplus pressante sur les femmes, dès leurs premiers mois de grossesse. Ce choix intime a pris une place de plus en plus importante, puisqu’elle a pris depuis quelques temps, une dimension sociale.
A l’origine de ce mouvement, les recommandations formulées par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), à la suite des dégâts causés par l’utilisation du biberon (en raison du manque d’eau potable) dansles pays en voie de développement, incitant chaque pays à mettre en place des politiques pour promouvoir l’allaitement maternel. En fixant une durée idéale de six mois en alimentation exclusive et de deux ans minimum en alimentation mixte.
Ces recommandations ont été relayées par des directives européennes, reprises en France, dans le PNNS (Plan national nutrition santé), qui a fait del’allaitement maternel l’une de ses priorités, et réitérées l’an dernier par l’Académie de médecine en 2009, qui en décrit les bienfaits. Le lait maternel est reconnu pour protéger l’enfant contre une série de maladies infectieuses, virales et bactériennes, notamment les gastro-entérites mais aussi les infections respiratoires et les otites.
Dans le même temps, de nombreuses associations se sont créées,certaines très radicales, comme la Leche League, née aux États-Unis, d’autres plus modérées, la plupart regroupées au sein de la Cofam (Coordination française pour l’allaitement maternel), qui informent et conseillent les jeunes mamans.
Il est constaté que les enfants nourris sans lait maternel sont plus souvent malades. Et l'allaitement «exclusif», pratiqué sans rien donner d'autre à l'enfant,même pas de l'eau, protège mieux que l'allaitement non exclusif.

D’ailleurs, une augmentation du taux et de la durée de l'allaitement maternel en France aurait des effets bénéfiques incontestables au niveau de la santé publique. C’est pourquoi les pouvoirs publics se mobilisent pour inciter les mères à allaiter. Le Programme National Nutrition Santé vise un taux d’allaitement de 70% en 2010. Le 2juillet dernier, le professeur Dominique Turck a rendu à la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, un rapport sur l’allaitement. Son idée force : le soutient de l’allaitement permet des économies au système de santé, aux employeurs, aux familles. Les hôpitaux son encouragés à promouvoir l’allaitement maternel : un label « Hôpital ami des bébés » est attribué aux établissements qui respectent les« dix conditions pour le succès de l’allaitement maternel ». La CPAM du Morbihan a même décidé en 2003 de donner une «prime à l'allaitement» de 50 euros pour un allaitement minimum d’une semaine.
Mais déjà, en 1998, le ministre de la santé de l'époque, Bernard Kouchner, avait signé un décret, qui, en conformité avec les directives européennes, interdisait la publicité pour les laits en...
tracking img