Alliance renault nissan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7887 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Mars 2009 Alliance Press Kit

HISTOIRE DE L’ALLIANCE
APPRENDRE LES UNS DES AUTRES FONCTIONNEMENT DE L’ALLIANCE L’ALLIANCE : LEADER MONDIAL DES TECHNOLOGIES « ZERO EMISSION

P P

2 8

P 11

»

P 14 P 16

CONTACTS

1

HISTOIRE DE L’ALLIANCE
Renault : comment une fusion ratée à inspiré une Alliance réussie Selon Carlos Ghosn, Directeur général de Nissan et Renault, l’Allianceest née de la fusion ratée de 1993 entre Renault et Volvo. Au dernier moment, Volvo, qui devait détenir une participation minoritaire (49 %) dans l’entité issue de la fusion, a renoncé à l’opération craignant de perdre son indépendance. Carlos Ghosn qui a rejoint Renault trois ans plus tard (auparavant chez Michelin), estime que « Renault a beaucoup appris de cet échec. Il a appris que les fusionset acquisitions n’étaient peut-être pas de bons modèles d’entreprise. Aucune entreprise n’aime perdre son identité, son âme ». Bernard Rey, Directeur délégué à la Présidence de Renault qui a occupé un poste similaire chez Nissan jusqu’en mars 2007, se souvient : « A l’époque, le projet de fusion avec Volvo a été un désastre pour nous. Les dirigeants de Volvo ne nous soutenaient pas. Ils pensaientque Renault allait prendre le contrôle. D’une certaine manière, cet échec nous a servis. Il a précédé de nombreuses fusions et acquisitions dont très peu se sont révélées fructueuses, pour ne pas dire aucune ». En 1998, la fusion DaimlerChrysler, à l’origine accueillie comme une réussite parce qu’elle donnait naissance au troisième constructeur automobile mondial, a suscité de nouvelles inquiétudeschez Renault. A côté des poids lourds de l’industrie automobile, Renault faisait figure de nain. Il cherchait désespérément un partenaire pour explorer des synergies et dégager de fortes économies d’échelle. Patrick Pélata, aujourd’hui Directeur Général Délégué de Renault, et auparavant (de 2005 à 2008) Directeur général adjoint Plan, Produit et Programmes de Renault après avoir exercé la mêmefonction chez Nissan entre 1999 et 2005, explique : « Nous souhaitions depuis longtemps établir une relation avec une société japonaise, mais nous pensions qu’elle se nouerait avec une entreprise plus petite, comme Subaru. Nous ne pouvions imaginer qu’une grande entreprise japonaise ait envie de coopérer avec nous. Ma génération, qui s’est rendue pour la première fois au Japon dans les années 1980,a alors découvert un immense décalage dans les capacités de fabrication. Nous étions avides d’apprendre. Mais, comme on pouvait s’y attendre, les entreprises japonaises ne nous disaient pas grand-chose ». Nissan, en difficulté, cherche un partenaire. Pendant ce temps, Nissan, le deuxième constructeur du Japon, était en difficulté. Principale victime de la crise de l’automobile des années 1990, quirestent dans l’histoire de l’Archipel la « décennie perdue », Nissan avait été déficitaire tous les ans (sauf en 1996) depuis 1992. Il avait accumulé plus de 20 milliards de dollars de dettes et épuisé ses ressources pour faire face au numéro un, Toyota. Sa part du marché automobile mondial était tombée de 6,6 % en 1991 à 4,9 % en 1998, et elle ne cessait de diminuer depuis 27 ans sur son marchéintérieur. Il avait besoin de fonds, et vite. A l’époque, le président de Nissan, Yoshikazu Hanawa, était à la recherche d’un partenaire du secteur automobile prêt à injecter d’importantes sommes d’argent. Deux sociétés étaient en lice : DaimlerChrysler, qui bénéficiait des réactions positives qui avaient suivi sa récente fusion et cherchait à poursuivre son expansion, et Renault, qui visait unealliance avec un autre constructeur pour réaliser des économies d’échelle. DaimlerChrysler était de toute évidence le favori. Toshiyuki Shiga, Directeur Génal de Nissan, se souvient : « DaimlerChrysler était beaucoup plus connu au Japon, passait pour une entreprise qui réussissait mieux et donc jouissait d’un plus grand prestige. Renault était à la fois beaucoup plus petit et nettement moins...
tracking img