Allo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (997 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Rhinocéros: Dissertation.

Introduction :
Pièce écrite en 1959. Première représentation en Allemagne à Düsseldorf. Métaphore de la « rhinocérisation » = propagation des idéologies totalitaires enEurope au XXème siècle. Dans la pièce les habitants se transforment tous progressivement en rhinocéros (= ils adhèrent aveuglément et par suivisme à l’anéantissement des valeurs humaines.

ActeII,tableau II:Au XX siècle, le théâtre souffre une crise et un renouvellement. Parmi les auteurs qui vont faire un renouvellement se trouve Eugene Ionesco qui crée avec autres auteurs le théâtre del’absurde. En 1959 il écrit Rhinocéros. Dans cette œuvre d’Ionesco, il y a toujours un mélange de comique et de tragique.

I) La Farce brute : Le comique

Lors de cette scène, le comique est inquiétant,mais les didascalies autorisent une vision burlesque de la scène   (Jean se déshabille, se gratte, tourne en rond, cherche les marécages dans la salle de bain, est pris d’une rage de destruction[vêtements et couvertures détruites] avant d’attaquer a Bérenger qui ne comprend pas ce qui passe autour de lui (présence des phrases interrogatives : BERENGER : « Perdez-vous la tête ? » ; BERENGER : «Que faites vous ?... » ; BERENGER : « Comment ? » ). C’est à partir de ce moment que Jean suit son instinct et se comporte comme une bête sauvage, comme un rhinocéros.

II) Absurde.

La situationest absurde, les jeux de scène sont très animés (Jean se déplace a la salle de bain, puis sort et finalement il rentre dans la salle de bain) et toute la scène a un rythme très rapide : répliques brèvesportant des phrases nominales (BERENGER : Des bêtises! ; BERENGER : Comment? ; JEAN : Non.) et des nombreuses répétitions ( Jean dit « Ouvrez vos oreilles » en deux occasions). Les réflexionstotalement décalées de Bérenger paraissent insignifiantes face à la violence de Jean (JEAN : « L’humanisme est périmé! Vous êtes un vieux sentimental ridicule. » BERENGER : « Enfin, tout de même,...
tracking img