Analyse aristote la politique chapitre 1 à 7

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2263 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Aristote, La politique Résumer des chapitres 1 à 5 du premier livre Livre 1 1 -
Aristote nous parle dans le premier chapitre de la cité et explique qu'elle est une sorte communauté indépendante, automne et coutume. Mais également, que cette vie sociale fonctionne car elle est organisée "en vue" d'un bien. En effet, cela permet aux individus de la société d'aller vers un but commun à la cité etdonc d'agir pour la communauté. Ensuite, le philosophe nous explique plus précisément ce qui différencie une cité d'une communauté simple. En effet, il nous montre que la cité est un degré au dessus de la communauté, la cité est politique, « la plus haute de toutes et englobe toutes les autres ». Dans le deuxième paragraphe, il nous dit qu'il existe de degré de différences entre les chefs. Eneffet, il y a une caractérisation plus profonde par rapport à la pensée commune, l'homme est ou chef de famille ou chef politique mais pas les deux. Il y a donc une idée de nature, l'homme est dés sa naissance, pas avec l'expérience (nombres de personnes qu'il gouverne), un chef particulier. Le troisième paragraphe : le philosophe explique comment il a fonctionné (méthode). Il part en effet d'une idéecomplexe, « composée » jusqu'aux éléments simple et presque incohérent. Plutôt c'est bien ce qu'il a appliqué, il est partie de l'Idée de la cité, donnée compliquée puisqu'établie sur de nombreuses organisations sociales, pensées sociales, pour en tiré des vérités (les différentes autorités) et montrer que le peuple se trompe.

2 -
Il existe une union qui forme une première étape pour créerla famille ensuite : le couple. Il compare l'union nécessaire de deux êtres (femelle et mâle : pour la procréation) à l'union du commandé et du commandant afin de montrer le caractère à la fois naturel et nécessaire pour la vie. En effet, il y a une idée de réciprocité, de « conversation commune » à la fois naturel et comme inévitable. Il affirme d'abord idée de nature en approfondissant : celui quin'est avec une grande intelligence est inévitablement le maître, le chef et celui qui à la force du corps est l'esclave. Afin de montrer la pertinence de la fonction unique pour l'homme, il va prendre l'exemple du couteau Delphes qui lui semble inutile (le couteau) mais aussi des barbares. En effet, il dit que les barbares confondent esclave et femme car euxmêmes sont esclave : il y a une esclavefemelle et un esclave mal. Aristote nous montre donc que chaque individu à sa propre nature : les grecs sont chefs, les être de corps sont esclave et barbare et les femmes sont esclaves de la procréation. Puis Aristote, après avoir analysé le caractère de ces individus nous dit qu’ils font partie, comme nous l'avons dis au début, du premier stade de la famille, « Une maison en premier lieu, ainsiqu'une femme et un bœuf de labour ». C'est ces individus qui prodiguent à la famille ce dont ils ont besoin, ce sont des instruments quotidiens. Ensuite nous trouve la deuxième étape est une première communauté : le village (composé de plusieurs familles - « extension de la famille »). Et c'est ici qu'Aristote explique la naissance de la monarchie, dans un peuple (plein de consanguinité « sucé lemême lait ») c'est toujours l'homme le plus âgé, surement le plus sage qui contrôle le village. Il nous dévoile ensuite ces intérêts à la fois pour permettre un équilibre économique mais aussi une bonne qualité de vie. Puis, il nous montre ensuite que la cité est la fin, l'essence de la communauté. Pour prouver cela il donne l'exemple de l'homme et du cheval : ils ont bien comme cause final la citéaprès avoir été dans une communauté et dans une famille (causalité nécessaire ou encore causalité des causes). Ensuite, il nous dit que tous ces éléments soulevés nous montrent que la cité est faite de beaucoup de réalités, d'éléments complexes et révèle même la nature des choses : l'homme est un animal politique, c'est la cité (communauté politique le dévoile). Afin de mettre en avant son idée,...
tracking img