Analyse contrastive

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1012 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Questions préliminaires

1. Lorsque vous avez commencé à apprendre une langue étrangère, qu’est-ce qui vous a frappé(e) positivement ou négativement?
2. Les différences d’organisation et de structures qui séparent les langues en contact peuvent-elles influencer l’enseignement-apprentissage des langues en question?
3. La comparaison des deux langues en contact retient surtout lescontrastes ou les ressemblances?

Notions historiques

1. Une ancienne tendance en didactique des langues a été celle d’isoler la langue étrangère ou seconde de la langue maternelle.
2. Plus tard, à une analyse contrastive plus attentive, on a repéré les difficultés d’acquisition pour les apprenants roumains ou autres.
3. Au début, l’analyse contrastive portait surtout sur lacouche phonologique, plus tard elle a visé également l’aspect morpho-sématique du problème.

Définition de l’analyse contrastive

Utilisation pédagogique des contrastes entre deux ou plusieurs langues.

Objets de l’analyse contrastive

1. Le système de la langue base (L) et le système de la langue cible (L’):
L → L’ (sens univoque)
2. Les différences /contrastes qui existent entre les langues visées
3. Surtout l’émission du message et dans une moindre mesure, la réception car l’émission permet une saisie immédiate et la réception est indirectement observable.

Questions

L’analyse contrastive , est-elle une grammaire du professeur ou de l’élève?
C’est une grammaire de l’enseignement ou de l’apprentissage?

NotesIl ne faut pas confondre grammaire contrastive et grammaire des erreurs ou interférentielle. Cette dernère, appelée aussi lapsologie peut être descriptive, évaluative et thérapeutique.
L’analyse contrastive se propose de fournir les données nécessaires à l’élaboration d’une grammaire pédagogique et à l’organisation du matériel d’enseignement.

Fondements théoriques

Lestructuralisme, la théorie de l’énonciation, la pragmatique – la théorie des actes de langage -, la didactique des langues.

Qu’est-ce que l’analyse contastive bannit ?

La méthode directe qui isole la L de la L’
Les exercices structuraux.

Qu’est-ce que l’analyse contastive valorise ?

Les différences qui existent entre L et L’
Les erreurs typiques desapprenants d’une langue L’
Les contrastes et les interférences entre L et L’ dans le but d’en faire une pédagogie de la L’.

Mettez en français en repérant en même temps les éléments contrastifs des deux variantes liguistiques.

Găsi circulara pe birou și se grăbi să ia cunoștință.

Il trouva la (lettre) circulaire sur le bureau et il se pressa / se hâta, se dépêcha d’enprendre conscience.

Fr. présence du pronom sujet;

Fr. position proclitique de l’article défini ≠ position enclitique de l’article défini en roumain;

Fr. emploi de l’infinitif dans la subordonnée dans le cas de l’identité du sujet avec la proposition régissante ≠ l’emploi du conjonctif en roumain;

Fr. + article défini (le bureau) ≠ en roum. article zéro;

Fr. lepronom adverbial en inexistant en roumain.

Se duse la conferință și-și înâlni colegii.

Il alla à la conférence et il y rencontra ses collègues.

Rom. verbe pronominal (se duse) ≠ Fr. verbe actif (il alla)

Rom. absence du pronom sujet ≠ Fr. présence du pronom sujet;

Fr. + article défini (la conférence) ≠ en roum. article zéro;

Fr. le pronom adverbial yinexistant en roumain.

Rom. verbe pronominal + pronom réfléchi au datif, en fonction de COI ≠ Fr. verbe actif + substantif précédé de l’adj. possessif.

L-am convins pe Tudor să meargă la teatru, el care nu s-a mai dus de câțiva ani.

J’ai persuadé Tudor d’aller au théâtre, lui qui n’y est plus allé depuis quelqes années.


Rom. COD exprimé deux fois: de façon explicite...
tracking img