Analyse de biped de merce cunningham

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2218 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse de spectacle :

Biped

(Merce Cunningham)

[pic]
Introduction

Le spectacle Biped[1] crée en 1999 est un spectacle de danse sur une chorégraphie de Merce Cunningham (1919-2009), une musique de Gauvin Bryas et des décors de Paul kaiser et Shelley Eshkar[2]. L’Analyse présentée ici se base sur une captation de 1999 filmée par Charles Atlas à Mulhouse et consultée au CND[3] aParis .
En quoi le spectacle Biped peut il être étudié de façon particulière parmi les œuvres de Cunningham ? En quoi peut on dire que cette chorégraphie théorise de nombreux aspect du travail de Cunningham et de ses apports à la danse contemporaine ?

-En premier lieu, Biped est un spectacle fondateur pour l’ouverture de la danse aux nouvelles technologie, C’est l’une des 1 ère chorégraphie àemployer l’image numérique et l’informatique pourtant utilisées dans le travail de Cunningham depuis 1990[4]. La superposition des images est l’un des élément majeur du spectacle final contrairement à une séparation totale du travail chorégraphique pur de la scénographie et la musique dans la préparation du spectacle.

-Par ailleurs l’on observe un travail chorégraphique typiquement« cunninghamien » principalement basé sur l’étude, la décomposition et la mise en valeur du « mouvement pur » avec l’emploi du hasard comme élément majeur .
I Un spectacle de danse superposé aux nouvelles technologies

Description
La chorégraphie dure 47 minutes et comporte 14 danseurs(ses) de la Merce Cunningham Danse Compagnie vêtus d‘académiques bleus brillants[5], ils dansent aussi bien en solo, duosque séquences de plus grands ensembles . Le spectacle se compose d’une chorégraphie ou les mouvements de danse employés sont ceux du courant post modern ( développé à partir des années 1960 pour les arts de la scène) bien que Merce Cunningham ai commencé ses travaux chorégraphiques avec la modern dance.
Le spectacle est simple, L’ensemble peut se décrire suite à la première impression comme unechorégraphie aérienne avec une forte dimension onirique.
La scénographie est délimitée par des jeux de lumière[6] blanche et bleutée en forme de rectangle et accompagnés de jeux de lasers toujours dans des tons bleus . L’arrière scène est ouvert, très simple et d’un noir profond et les danseurs semblent y disparaitre ou s’y fondre.
Le spectacle rejette un rapport frontal dominant dans la danseclassique, ici les danseurs évoluent librement sur tout l’espace selon une théorie chère a Cunningham « Il n’y a pas de point fixe dans l’espace[7] » ils tournent le dos au public et malgré des jeux de similitudes dans leurs gestes donnant une impression de géométrie ils évoluent indépendamment les uns des autres.
Le spectacle s’accompagne d’effets vidéos projetés sur l’arrière scène. Il s’agitd’une chorégraphie composée par Cunningham avec des images issues du logiciel de chorégraphie « Lifeforms » mis au point par Cunningham lui-même :
A partir des années 1990, il s’empare de l’ordinateur et invente alors un logiciel de chorégraphie assisté par ordinateur qu’il nomme Lifeforms puis Danse Forms et qu’il utilise depuis la création de Trackers en 1991 dans
toutes ces pièces [8]
Ilutilise également une technique qui permet grâce à des capteurs placés sur le corps des danseurs d’enregistrer leur mouvement et de le modéliser en 3D, c’est la  motion capture [9] . Les mouvements de trois danseurs de la compagnie sont utilisés dans Biped . D’autres animations 3D se mêlent au spectacle des « bulles » bleutés flottant dans l’air donnant au spectacle son aspect aérien.
La citation« […]une chorégraphie virtuelle, faite de jeux de lumière, de silhouettes en images numériques élaborées à partir des mouvements de trois des danseurs, de rails de lumières intenses comme des lasers. »  [10] résume bien l’esthétique globale du spectacle. L’ensemble de ces éléments s’articulent autour d’une esthétique de superposition donnant toute sa particularité au spectacle .

La...
tracking img