Analyse de la ballade des pendus (fr. villon)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1783 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 janvier 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
FRANCOIS VILLON - LA BALLADE DES PENDUS
A – L’AUTEUR
François de Montcorbier dit Villon [vijɔ̃], né en 1431 à Paris, disparu en 1463, est le poète français le plus connu de la fin du Moyen Âge.
Écolier de l’Université, maître de la faculté des Arts dès 21 ans, il a d’abord mené une vie joyeuse d’étudiant indiscipliné au Quartier Latin. À 24 ans, il tue un prêtre dans une rixe et s’enfuit deParis. Amnistié, il doit de nouveau s’exiler un an plus tard après le cambriolage du collège de Navarre. Accueilli à la cour de Charles d’Orléans, le prince-poète, à Blois, il échoue à y faire carrière. Il mène alors une vie errante et misérable sur les routes. Emprisonné à Meung-sur-Loire, libéré à l’avènement de Louis XI, il revient à Paris après six ans d’absence. De nouveau arrêté dans unerixe, il est condamné à être pendu. Après appel, le Parlement casse le jugement et le bannit pour dix ans de la ville. Il a 31 ans. On perd alors totalement sa trace.
Villon connaît une célébrité immédiate. Le Lais, un long poème d’écolier, et le Testament, son œuvre maîtresse, sont édités dès 1489 – il aurait eu 59 ans. Trente-quatre éditions se succèdent jusqu’au milieu du XVIe siècle. Très viteprend forme une « légende Villon » constituée selon les époques de différentes images allant du farceur escroc au poète maudit.
Son œuvre n’est pas d’accès facile sans notes et sans explications. Sa langue ne nous est pas toujours accessible. Les allusions au Paris de son époque, son art du double sens et de l’antiphrase rendent souvent son texte difficile, même si l’érudition contemporaine aéclairci beaucoup de ses obscurités.
B – L’ŒUVRE

La Ballade des pendus
La ballade dite Ballade des pendus, parfois improprement appelée Épitaphe Villon, est le poème le plus connu de François Villon, et l'un des plus célèbres poèmes de la langue française. On s'accorde en général pour penser que cette ballade fut composée par Villon alors qu'il était emprisonné à la suite de l'affaire Ferrebouc,mais le fait n'est pas absolument établi. Le poème présente une originalité profonde dans son énonciation : ce sont les morts qui s'adressent aux vivants, dans un appel à la compassion et à la charité chrétienne, rehaussé par le macabre de la description. Cet effet de surprise est cependant désamorcé par le titre moderne. Le premier vers « Freres humains, qui après nous vivez », conserve de ce faitencore aujourd'hui un fort pouvoir d'évocation et d'émotion : la voix des pendus imaginée par Villon transcende la barrière du temps et de la mort.
Dans ce poème, François Villon qui rit d'être condamné à la pendaison s'adresse à la postérité pour solliciter la pitié des passants et émettre des souhaits - solliciter notre indulgence et notre pardon - décrire leurs conditions de vie - adresser uneprière à Jésus. Au second degré, on peut percevoir dans cette ballade un appel de l'auteur à la pitié du roi, si elle a bien été écrite en prison.
Les différents types de personnages
• Les personnages divins :
o "Dieu" (vers 4, 10, 20, 30, 35) : pour implorer la pitié ;
o "Prince Jhesus" (vers 31) et "fils de la Vierge Marie" (vers 16) : il a le pouvoir de maîtriser leshommes;
• Les hommes : "frères humains" (vers 1), "ses frères" (vers 11) et "hommes" (vers 34) : ils ont des défauts et Villon veut que ceux-ci prient pour le pardon des pendus en arguant qu'ils ne sont eux-mêmes pas exempts de défauts, et que s'ils prient pour eux, "Dieu en aura plus tost de vous mercis" (ils seront donc ainsi pardonnés pour leurs propres péchés.
• Les condamnés :Villon veut montrer aux hommes que les condamnés à mort souffrent (vers 5 à 9 et 21 à 29).
Différents champs lexicaux
• Le champ lexical de la mort charnelle : "pieça, dévorée et pourrie" (vers 7), "débuez et lavés" (vers 21), "desséchés et noircis" (vers 22), "cavés" (vers 23), "arrache" (vers 24), "charrie" (vers 27). Il montre que les condamnés souffrent.
• Le champ lexical du corps :...
tracking img