Analyse de la pratique : les douleurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1018 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ANALYSE DE LA PRATIQUE

Lieu :
Service de soins de suite et rééducation d'un hôpital local du Sud-Est de la France.

Situation rencontrée :

Madame B. est une patiente de 78 ans très algique (avec une évaluation de la douleur qui oscille entre 5 et 7/10 suivant les moments de la journée). Opérée d'une Prothèse Totale de Genou droite, elle est entrée dans l'établissement pour rééducation.Ses antécédents sont : pseudo polyarthrite rhizomélique (traitée sous corticothérapie et stoppée avant l'intervention), paraphlébites, HTA, gastrite, cancer du sein bilatéral, PTG gauche.
Son traitement à l'entrée se compose d'Apranax, de Doliprane, de Topalgic et d'Acupan.
L'équipe a mis en place une série d'actions à visée antalgique qui s'est avérée inefficace. ( vessie de glace, positionsantalgiques, massages de confort, interventions de la psychologue du service...).
Après avoir suivi le protocole douleur en vigueur dans le service, le médecin a modifié le traitement de Madame B : Bi-profenid, Topalgic, Antarene et Patch de Durogésic.
Malgré la mise en place de ce nouveau traitement, l'équipe constate que la patiente est toujours très algique.

Étonnement :

Pourquoiest-il si difficile de mettre en place un traitement antalgique efficace pour Madame B. ?

Hypothèses :

1. Dans un service de rééducation, le personnel est formé et entrainé à traiter les douleurs aigües. Madame B. souffre, mais ses douleurs existaient avant l'intervention. La patiente était traitée sous corticothérapie pour pseudo polyarthrite rhizomélique. Il s'agit d'une atteinte du cou etdes deux ceintures (épaules/hanches). Dans cette pathologie, le syndrome inflammatoire provoque des douleurs chroniques. L'évolution clinique est spectaculaire sous corticoïdes. Le traitement ayant été arrêté pour l'intervention, la patiente retrouve sa douleur.

2. Parce-que douleurs aigües et chroniques n'ont pas les mêmes causes. Quelles ne se traitent pas de la même manière. Et, parce que lesméthodes d'évaluation doivent être différentes.

Douleurs Aigües
Elles sont associées à un traumatisme ayant une cause organique précise: par exemple, les douleurs postopératoires. Le patient peut espérer une récupération complète dans les 3 mois. Elles ont une finalité utile, car protectrice. Elles provoquent chez le patient de l'anxiété. Ces douleurs bénéficient d'un traitement curatif : parantalgiques de palliers 1, 2 et 3. On peut également utiliser les anesthésiques locaux ou les anti spasmodiques. L'évaluation de la douleur chronique se fait par : échelle visuelle analogique, échelle numérique, échelle verbale simple.

Douleurs Chroniques
Leur pathogénèse est peu claire, souvent il s'agit de douleurs rhumatismales, dorsales … Les causes organiques sont souvent absentes etleur composante psychologique est importante. Souvent, l'équipe médicale se trouve dans l'incapacité de restaurer les fonctions physiologiques normales du patient, qui ne guérit pas. Leur durée dépasse les 3 à 6 mois et provoque de la dépression chez le patient. Les mécanismes pluri-factoriels, nécessitent une approche pluridimensionnelle. Face à ce type de douleur, il n'existe pas de traitementcuratif, mais réadaptatif. Ces traitements peuvent prendre deux voies : la thérapie médicamenteuse et non médicamenteuse. Les analgésiques périphériques ( qui agissent au niveau de la douleur) et centraux ( qui agissent au niveau du système nerveux central). Les traitements non médicamenteux regroupent les interventions médicales, paramédicales et les médecines parallèles. L'évaluation de ce type dedouleur se fait par les échelles précédemment citées, mais également par un schéma des zones douloureuses. Le questionnaire de la douleur de Saint Antoine permet une description verbale de la douleur. Il existe également des questionnaires multi-dimentionnels tels que le QCD (questionnaire concis sur les douleurs), le Doloplus, le tableau qualificatif de la douleur...

3. Parce que la douleur...
tracking img