Analyse de marché de l'inde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1702 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’INDE
IDH :
*En 2005* : plus haut niveau (0,6)
*En 19*90 : le plus bas niveau (0,4).
Augmentation de la richesse : forte entre 1990-2003. Elle se traduit par une élévation du niveau de vie moyen.
*Le nombre de personnes* *défavorisées *s’est accru mais le poids de ces populations s’est réduit.
Augmentation des inégalités :Les catégories aisées ontvu leurs effectifs augmenter plus fortement (multiplication environ par 4) que les catégories défavorisées ou moyennes.
Plus de 25% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté. Cependant on peut remarquer une augmentation de bourgeoisie (environ 300 millions de personnes), pour laquelle une richesse vive est disponible, c'est-à-dire qu'elles ont des revenus pour des biensde consommation.
Les facteurs qui semblent avoir eu le plus d'impact sur la natalité semblent être : l'amélioration générale du niveau de vie ainsi l'alphabétisation des femmes.
Le lien entre la réduction de la pauvreté, les inégalités et la croissance économique est certes très fréquent mais certainement pas automatique. En effet, ce lien dépend de l’évolution de lapopulation, de la répartition des richesses, et surtout de la mise en place d’un système de redistribution.
Chômage :
La situation du travail en Inde :
2002-2007 : 10ème plan quinquennal :Il inclut un fort engagement afin d’améliorer la croissance et la qualité de l’emploi. Il reconnait aussi le besoin de transformer l’économie actuelle (agricole) en une économie multidimensionnelle et unesociété égalitaire.
Apparition du secteur tertiaire : Il est responsable de l’accroissement du PIB et de l’emploi, il contribue aussi à 50% du PIB.
Le secteur des services est prometteur en termes de création d’emplois ainsi que de leur qualité.
¼ de la population vit sous le seuil de pauvreté : Il y a deux causes principales à ce phénomène : le chômage ou lesous-emploi. La pénurie de main d’œuvre qualifiée est un véritable problème dans le pays. Accroissement de la production : Il est du à un déplacement de la main-d’œuvre du secteur agricole vers l’industrie mais aussi vers les services. Il faut également ajouter que les conditions démographiques sont favorables et par conséquent ont contribués à accélérer la croissanceéconomique.
Migration / immigration :
Il y a en ville un seuil de pauvreté étonnement élevé. On constate que, de plus en plus, les migrations ont lieu vers des points d’irrigation, soit en milieu rural, où un paysan cultivant sa terre se nourrira mieux et beaucoup plus facilement qu’en ville. On parle beaucoup d’exode rural. C’est un phénomène récent mais qui progresse rapidement.Concertant l’immigration, on assiste à une fuite des « cerveaux » (ingénieurs, informaticiens, entrepreneurs de l’industrie internationale) vers l’Union Européenne et les États-Unis.
Grande immigration vers la France pour beaucoup de « pauvres ».
Croissance :
La production industrielle de l'Inde a crû de 16,7% annuels en janvier, après une croissance record de 17,6% endécembre, hausse conforme au consensus Reuters qui donnait +16,65%.
La production manufacturière a augmenté de 17,9% annuels en janvier après +18,5% le mois précédent.
Les analystes pensent que la croissance de la production industrielle risque encore de fléchir avec le retrait de mesures destinées à soutenir la demande intérieure et la croissance face à la crise financière et compte tenu d'unehausse des taux prévisible.
Selon les spécialistes, la banque centrale pourrait augmenter son taux d'intervention de 50 points de base en avril pour juguler une inflation qui a atteint 8,56% en janvier.
Les économistes prévoient une croissance de plus de 7,2% pour l'Inde sur l'exercice qui sera clos en mars 2010, croissance qui s'accélèrerait à 8,5% l'exercice suivant et à 9% sur...