Analyse de "margot la folle"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1416 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
 

I ) ANALYSE DE L’ALBUM « MARGOT LA FOLLE » :

« Margot la folle » est un album de Geert de Kockere, illustré par Carll Cneut. L’idée de base de cet album est de revisiter le tableau la « Dulle Griet », appelé également « Margot la folle » de Bruegel l’Ancien (1561-1562, huile sur bois, 162x117cm) exposé au musée Mayer Van Den Bergh à Anvers. Aujourd’hui célèbre dans le mondeentier, le tableau de Bruegel a suscité une foule de théories et d’interprétations mais personne ne sait quelles étaient précisément les intentions du peintre.

L’auteur et l’illustrateur déroulent donc leur art et posent chacun leur regard sur la toile du maître au travers de cet album déroutant. L’auteur Geert de Kockere est responsable d’un magazine jeunesse en Belgique. Il a publié plusieursalbums et poésies pour la jeunesse. Depuis 1989, il a publié quelques 45 titres. L’illustrateur, né en Flandres en 1969 Carll Cneut a suivi des cours de graphismes à l’institut des Beaux Arts Saint-Luc à Gand, où il vit encore aujourd’hui. Après ses études, il a commencé à travailler dans le monde de la publicité comme Art Director. Depuis fin 2000, Carll Cneut est à temps completauteur-illustrateur.

L’histoire s’ouvre sur la petite Marguerite, devenue Margot la folle. La marguerite du début est une petite fille comme toutes les autres petites filles. Mais de transgression en transgression elle se métamorphose en être de furie jusqu’à sombrer dans la folie. Tout un monde de désordre, de personnages grotesques, ponctue le texte dont le rythme nous mène cependant vers la chute finale ; lamort de Margot.
Enragée, infernale, solitaire et incontrôlable, les gens lui crient d’aller au diable. Un jour, elle les prend aux mots et part pour l’enfer. En chemin elle trouve flammes, diablotins, fous et assassin. A mesure qu’elle avance tout devient plus laid et angoissant, Margot elle, s’amuse, se sent chez elle. A mesure qu’elle s’approche tout n’est que monstruosité grotesque, et, aupied d’un arbre qui aspire le mal par les racines, elle voit une tête. Margot le sait : cette tête c’est le diable, et, dans cette tête, c’est l’enfer ! Elle se met alors à crier : « Diable! », « Diable! Me voici! ». Finalement, Margot la folle brandissant une épée, plonge littéralement dans l’enfer.

A travers la construction remarquable des images, Cneut revisite l’œuvre du peintre flamand donton retrouve le tableau en quatrième de couverture. Le texte de l’album aborde plusieurs sujets et
thèmes comme la folie, le rejet, la mort, l’enfer et le diable. Assez difficile d’accès, les textes ne s’adressent pas de prime abord aux lecteurs les plus jeunes. On remarque tout de suite l’inspiration de Bruegel et de ses scènes rurales, populaires et bien sûr celle de Bosch et de ses scènes defolie et aux personnages délirants. Cneut nous dépeint donc sous l’influence de deux maîtres, des personnages fantasques, grotesques, déshumanisés, un monde de folie incontrôlée, étrange et oppressant.

La mise en page de l’album est dans l’ensemble plus aérée, moins oppressante que celle de l’œuvre de référence, en effet nous pouvons remarquer des illustrations flottantes, composée de multiplespersonnages sur fond blanc.
On remarque également des jeux sur la taille des caractères et sur la répétition de certains mots ou phrases, ce qui renforce l’impression de folie, comme si le texte se faisait peinture et que l’auteur guidait le regard du lecteur au travers de celle-ci.

Les travaux de Carll Cneut et de Geert de Kockere sont donc bien évidemment liés dans leurs constructions etdans le cheminement de Margot, tirent également leurs articulations dans le tableau de Bruegel. On peut en effet imaginer, au travers de la perspective du tableau, le chemin de Margot jusqu’aux portes de l’enfer, et les protagonistes qu’elle rencontre sur sa route : feu et diablotins, foule de gens, monstres grotesques, le bossu portant un bateau sur le dos, les poissons, puis enfin l’arbre, le...
tracking img