Analyse de pratique bain en psychiatrie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1739 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMPETENCE 3
UE 2.10.S1 : Infectiologie, Hygiène

Etape 1: Choix de la situation

En service de psychiatrie, dans l’agglomeration de Saint Amand, Mlle D est hospitalisée pour décompensation psychotique. En effet, son équilibre psychique, sur une pathologie psychotique voir schizophrénique, s’est dégradé brutalement une semaine auparavent sur une prise de toxiques.
C’est unejeune fille de 21 ans, elle est désorientée.
La veille, elle tenait des propos délirants, avait un langage incompréhensible. Elle présentait une instabilité psycho-motrice.
C’est pourquoi, le médecin psychiatrique a prescrit une mise en chambre d’isolement pour la nuit. Cet isolement avait pour but de mettre Mlle D à l’abri des stimulations de l’environnement qui pourraient alimenter seshallucinations, de l’aider à reprendre le contrôle de son comportement.
Lors des transmissions de 6h30 le matin, je propose à l’équipe de donner un bain à Mlle D. En effet, après la mise en chambre d’isolement pour la nuit, elle devait retourner dans sa chambre. Cette chambre est double et équipée d’une salle de bain avec douche.
La personne hospitalisée dans la même chambre que Mlle D demandeégalement beaucoup d’attention et toute cette agitation peut déstabiliser d’avantage Mlle D.
De plus, sortant de mise en chambre d’isolement, Mlle D demande une grande part d’attention et de calme. Voilà pourquoi un bain (avec la salle de bain avec baignoire dans une pièce séparée) a des effets bénéfiques relaxants importants.

Etape 2 : Rédaction

J’ai proposé ce soin dans un butde détente, de propreté, de bien être et de confort. De plus, la toilette étant un soin durant lequel la dimension relationnelle domine, ceci ne peut qu’être bénéfique pour Mlle D. Celle-ci, au vu des circonstances, avait en effet besoin d’un moment privilégié, où écoute et empathie seraient extrèmement presents.
Lors du transfert de la chambre d’isolement vers sa chambre, j’ai donc demandéà Mlle D si, ce matin, elle souhaiterait prendre un bain. Elle a accepté et je lui ai précisé que je viendrai la chercher dans trente minutes. Je lui ai proposé de se reposer en attendant, ce qu’elle a fait.

Avant la réalisation de ce soin, il a été indispensable de recueillir un maximum de données.
Dans un premier temps, sur le comportement de Mlle D durant la nuit. Elle avaitpassé une nuit très calme mais avait peu dormi. Ceci m’a renseigné sur le fait que Mlle D pourrait être faible et avoir des difficultés à se mobiliser.
D’autre part, sur son comportement habituel avec l’eau. Mlle D est une personne qui a pour habitude de vider son armoire dans la douche et de mouiller tous ses vêtements. Il sera donc indispensable de lui rappeler, voire d’établir, des règlesde conduite. J’ai obtenu ces informations en lisant régulierement le classeur de transmissions ciblées et aussi car je me suis déjà occupée de cette patiente.
Enfin, son traitement présente des effets indésirables par rapport auxquels il faut être extrèmement vigilant :

- antiparkinsonien qui peut entraîner une tachychardie ou de la confusion
- antihypertenseur qui peut entraîner unetachychardie ou des vertiges
- anxiolytique qui peut rendre la personne irritable, voire aggressive
- antipsychotique qui peut provoquer un syndrome malin (hyperthermie, hypersudation, hypertension modérée, tachycardie, trouble de la conscience, pâleur).
J’ai trouvé toutes ces informations sur son traitement dans le Vidal.

Il était donc pour moi indispensable de resterextrèmement vigilante durant tout le soin.

Afin de pouvoir me consacrer entièrement à la patiente durant le soin et d’éviter tout souci, j’ai vérifié avant d’aller chercher Mlle D que l’accès à la salle de bain était libre, que le couloir n’était pas encombré. Ceci pour m’assurer qu’aucuns éléments ne pourraient faire tomber cette patiente. Je rappelle qu’elle est faible, qu’elle a peu dormi....
tracking img