Analyse de scénario : la nuit du chasseur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2769 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Nuit du chasseur
(Charles Laughton, 1955)


Introduction
Mêlant film noir et notions fantastiques, La Nuit du chasseur, de Charles Laughton, nous présente l’histoire de deux enfants persécutés par un prêcheur diabolique. A travers une opposition entre deux entités clairement distinguées – le bien, représenté par les figures enfantines, et le mal, dont le prêcheur est l’incarnation -, lefilm choisit pour thème l’évocation d’une enfance innocente face au monde cruel des adultes. La féerie qui se dégage de certains plans de même que certaines sonorités fantasmagoriques nous rapprochent d’un monde fabuleux et irréel dont la magie est mise à mal par les aspects négatifs d’un entourage difficile.
Dans cet univers dichotomique, nul doute que la figure du pasteur est incontournable.Incarnant le mal dans toute sa splendeur, il n’en garde pas moins un aspect double symbolisé d’une part par ses doigts tatoués – « love » sur la main droit et « hate » sur la main gauche – et d’autre part par son apparence peu en rapport avec sa nature véritable (un prêcheur tueur de veuves). Et comme nous le verrons, sa fonction s’accorde parfaitement avec cet aspect irrémédiablement effrayant :ses actions et les objectifs qu’il entretient en font un être foncièrement mauvais.
Dans un premier temps, je chercherai à montrer comment est présenté le personnage et quelles sont ses caractéristiques principales. Ensuite, je m’attarderai sur son évolution et sur la place qu’il occupe dans la structure, avant de terminer par le choix et l’explication d’une scène importante pour ce personnage.Présentation du personnage
Dans le récit de La Nuit du chasseur, le personnage du pasteur Powell est présenté immédiatement après la séquence introductive du film. Le générique nous plonge, juste après une séquence musicale relativement agressive et sombre, dans une ambiance de berceuse enfantine à laquelle la voix de Rachel Cooper se superpose pour raconter une histoire sur fond de cielétoilé ; sa tête apparaît comme surgie de nulle part, et fait face aux visages des enfants qui l’entourent. Elle insiste sur la nécessité de ne pas se fier aux apparences, nous annonçant par là déjà la morale du film et surtout le pasteur Powell (« gardez-vous des faux-prophètes qui viennent à vous vêtus en brebis, mais qui au-dedans sont des loups ») ; à ceci s’enchaînent quelques plans aériens,donnant un point de vue divin. Juste après cela, le réalisateur nous plonge véritablement dans les faits, avec la découverte par les enfants d’une femme morte.
C’est alors que Charles Laughton choisit d’introduire le personnage de ce pasteur maléfique, moins de 3 minutes après le début du film. La plongée nous guidant vers son véhicule en mouvement est accompagnée des paroles de Rachel Cooper(directement suivies d’un thème musical grave et menaçant) rappelant qu’il faut se méfier des « mauvais arbres…qu’on peut reconnaître aux fruits qu’ils portent ». Ses avertissements sont donc annonciateurs du caractère faux et perfide du pasteur qu’on nous présente ainsi.
Et il n’en est pas autrement, comme on peut directement le comprendre aux premières paroles de celui-ci. S’adressant à une instanceinvisible qu’il identifie au seigneur, les yeux rivés vers le ciel, il lui demande qui sera sa prochaine victime. Son interlocuteur ne peut bien sûr pas être vu, et ce procédé d’adresse, à Dieu sans doute, se répétera plusieurs fois tout au long du film. Comme si le « Ciel » était en quelque sorte garant des agissements douteux du pasteur Powell, et le seigneur omniprésent sans apparaître toutefoisà l’image.
D’autre part, cette présentation permet de donner les caractéristiques principales du personnage. Doté d’une voix grave et fascinante, il explique en quelques mots ses agissements et évoque les nombreuses veuves qu’il a déjà escroquées. Cherchant un appui du Seigneur, il estime que celui-ci lui apporte son soutien…Son regard faussement honnête et son activité de pasteur (tenue...