Analyse de texte : jean brunhes, monographies synthétiques de géographie humaine, premier exemple : « iles » du désert les oasis du souf et du m’zab (sahara sud-algérien)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2477 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse de texte :

Jean Brunhes
Monographies synthétiques de géographie humaine
Premier exemple : « Iles » du désert
Les oasis du Souf et du M’zab (Sahara sud-algérien)

La géographie classique a vécu une importante période de transition au début du 19ème siècle, pendant laquelle nombre de ses fondements ont été remis en question, et où plusieurs géographes se sont révélés être lesprécurseurs d’évolutions essentielles dans cette discipline, entre autre Elisé Reclus et Vidal de la Blache.
Jean Brunhes est un géographe français de cette période qui fut élève de ce dernier. Assez à contre-courant, il était très penché vers la géographie humaine et culturelle, et pensait que l'analyse géographique devait inclure l’étude des formes d’organisation des sociétés.
Le textesur lequel nous allons nous pencher est le sixième chapitre de son ouvrage La géographie humaine. Essai de classification positive. Principes et exemples, paru pour la première fois en 1910. Dans cet extrait, Brunhes se penche sur deux « groupes d’humanité isolés » qui vivent sur ce qu’il nomme des « îles » : ceux des oasis du Souf, à l’Est, et ceux des oasis du M’zab, à l’Ouest.
Ilretranscrit ici l’étude qu’il en a faite. En plus de mêler différentes géographies et de toucher même à d’autres disciplines, la démarche de l’auteur est double : tout d’abord Brunhes s’intéresse à ces groupes humains atypiques et à leur rapport au territoire, ensuite il se sert de cette étude pour illustrer sa thèse, à savoir que la « perfection » d’un groupe social doit être évaluée en fonction dumilieu dans lequel elle s’implante et vit. Par ailleurs son style d’écriture assez singulier donne une dimension réelle à ses écrits grâce aux impressions et sensations que Brunhes tente de transmettre à ses lecteurs.
L’originalité de ce texte est donc multiple. Nous pouvons à partir de là chercher à comprendre plus précisément quel était l’objectif de Brunhes dans ce chapitre, en détaillantentre autres sa méthode d’observation et de narration.
Nous allons pour cela suivre l’évolution du texte, en nous intéressant d’abord à l’oasis du Souf, puis à celui du M’zab, et enfin nous nous pencherons sur l’analyse comparative qu’en fait Brunhes, et la thèse qui en découle.

Brunhes commence son chapitre par une petite mise en contexte, où il présente ses méthodes d’analyse. Ilexplique rapidement la notion des « faits essentiels » : ces éléments qui sont centraux dans l’organisation de la vie de groupes humains, qu’il divise en trois groupes : occupation productive / improductive / destructive du sol. Brunhes estime qu’il faut partir de ces faits essentiels pour comprendre réellement le fonctionnement d’un espace donné.
Après avoir dressé un rapide portait de cette région duSahara sud-algérien, Brunhes situe les deux zones sur lesquelles il va plus particulièrement porter son attention : « le désert de sable » et « le désert de pierre ». Utiliser le mot « désert » plutôt que celui d’ « oasis » a surement pour objectif de préparer le lecteur à des espaces non pas verdoyant et luxueux, mais plutôt durs et secs, inhospitaliers. On sent par la même occasion qu’il vanous amener à comparer ces deux déserts. Brunhes présente ensuite le cadre sociologique, c'est-à-dire les personnes qui peuplent ces lieux et leurs particularités. Dès le début, la mise en relation de la population avec les palmiers-dattiers laisse supposer l’importance que ceux-ci vont avoir par la suite… Il emploi déjà un vocabulaire où l’on perçoit l’admiration et le respect qu’il porte à sessujets d’études, en particulier par rapport à l’effort constant qu’ils nécessitent : « chefs d’œuvre de l’art de la culture », « travail extraordinairement acharné », « poursuivre perpétuellement la lutte », « peiner sans cesse », etc. (§1, p. 235).
Brunhes décrit ensuite le cadre géographique des dunes du Souf, et leur « incongruité » en ces lieux. Il explique comment les Soafas s’y sont...
tracking img