Analyse-des-produits-financiers-islamiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 96 (23957 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
LA FINANCE ISLAMIQUE : Analyse des produits financiers islamiques

Travail de Bachelor réalisé en vue de l’obtention du Bachelor HES

par : Karim CHERIF

Conseiller au travail de Bachelor : Dr. Akimou OSSÉ, Prof. de Finance à la HEG

Haute Ecole de Gestion de Genève (HEG-GE) Économiste d’entreprise

Déclaration
Ce travail de Bachelor est réalisé dans le cadre de l’examen final de laHaute Ecole de Gestion de Genève, en vue de l’obtention du titre d’économiste d’entreprise. L’étudiant accepte, le cas échéant, la clause de confidentialité. L’utilisation des conclusions et recommandations formulées dans le travail de Bachelor, sans préjuger de leur valeur, n’engage ni la responsabilité de l’auteur, ni celle de son conseiller au travail de Bachelor, du juré et de la HEG.

«J’atteste avoir réalisé seul le présent travail, sans avoir utilisé des sources autres que celles citées dans la bibliographie. »

Fait à Genève, le jeudi 2 octobre 2008 Karim Cherif

La finance islamique : Analyse des produits financiers islamiques CHERIF, Karim

2

Remerciements
Je tiens à exprimer mes remerciements à l’ensemble des personnes qui m’ont soutenu et permis de réaliser cetravail de Bachelor. Pour commencer, je souhaiterais remercier mon conseiller, M. OSSE, qui m’a aiguillé tout au long de ce travail à l’aide de son expérience pratique et ses connaissances théoriques. De plus, je remercie les personnes qui m’ont consacré du temps pour les entretiens que j’ai effectué dans le cadre de ce projet. M. Chavanon, de la National Bank of Abu Dhabi, qui m’a accordé une interviewdans ses locaux ainsi que M. Treguer, de BNP PARIBAS, qui a répondu à certaines de mes questions techniques. Par ailleurs, je souhaite remercier l’entreprise mandataire, Lombard Odier Darier et Hentsch, ainsi que ma correspondante Mme de La Rochefoucauld. Pour finir, je n’aurais jamais pu réaliser ce travail sans le soutien de ma famille et de mes proches.

La finance islamique : Analyse desproduits financiers islamiques CHERIF, Karim

3

Sommaire
Pour élaborer ce travail, nous nous sommes basés en premier lieu sur les théories liées à la finance islamique [Institut Islamique de Recherche et de Formation (IIRF), Banque Islamique de Développement] ainsi que sur différents ouvrages liés au sujet (monographies, revues spécialisées, articles académiques). Cette première étape concèdel’établissement d’un cadre académique défini, nous permettant ainsi d’asseoir la problématique de ce travail. Il est en second lieu étayé par une approche empirique, celle de spécialistes du domaine de la finance islamique. [M.Chavanon, Chief Financial Officer, NBAD ; M.Treguer, Equity / Derivatives and Islamic Products Structurer, BNP PARIBAS]. Durant l’intégralité de ce travail, nous avonstâché d’utiliser une approche comparative mettant en relief les différentes facettes de la finance islamique par rapport à la finance conventionnelle. Dans la première partie de ce mémoire, nous avons tenté de comprendre ce qui définit le système financier islamique et sur quelles bases il se fonde. Par ailleurs, nous avons essayé d’analyser les facteurs de différentiation entre une banque islamique etune banque conventionnelle. Nous avons constaté que le système financier conforme à la Chari’a (loi islamique) n’est rien d’autre qu’un système financier classique auquel on a adjoint certaines contraintes. Ces dernières conditionnent évidemment la structure, l’organisation, les risques ainsi que les produits financiers qui le composent. Dans la seconde partie, nous avons exposé les principauxproduits financiers islamiques et leurs équivalents conventionnels. De plus, nous les avons schématisés donnant une vision simplificatrice de ces produits. Ce chapitre nous a permis de déceler le manque de cohérence qu’il existe entre la théorie et la pratique. Effectivement, en théorie les produits prônés par les théologiens musulmans sont basés sur le principe du partage des pertes et...