Analyse dior

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 57 (14240 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
De l’image à la stratégie

Analyse de la publicité pour le parfum « J’adore » de Christian Dior

P LA N Introduction ............................................................................................................................................... 2 Description rapide et premièresimpressions.............................................................................................3 Analyse plastique (composition, typographie, couleurs, matières…) .......................................................3 Interprétation de premier niveau : compréhension du message .............................................................. 6 Interprétation de second niveau : stratégie .............................................................................................. 11Conclusion ................................................................................................................................................. 17

Source du document : http://www.iconique.net/analyse-de-la-publicite-pour-jadore-de-dior-1999/

ANALYSE

DE LA PUBLICITÉ POUR

« J’ADORE »

DE

CHRISTIAN DIOR • JUIN 2007

PAGE 2

Introduction
À propos de ce document
Cetteanalyse a été réalisée pour satisfaire une curiosité personnelle à l’égard de la publicité pour le parfum « J’adore », de Christian Dior (groupe LVMH). J’ai voulu mieux la comprendre, me confronter à sa simplicité que je devinais trompeuse avec les outils analytiques dont je disposais. Plus globalement, c’était pour moi une occasion de mieux comprendre la façon dont sont construites les publicitéspour des parfums. Celles-ci me semblent intéressantes à un triple titre au moins : premièrement, la publicité constitue une très large part de la « fabrication » du produit ; deuxièmement, l’essentiel du message passe par l’image ; troisièmement, ces messages visuels font sans doute partie des publicités pouvant être le plus facilement rapprochées du monde de l’art. Ancien étudiant encommunication et en histoire de l’art, j’ai jugé intéressant d’utiliser ici, en l’adaptant très librement, une méthode d’analyse des œuvres d’art combinant une approche iconologique et une analyse plastique préalable. Je cherche ici à mieux comprendre le message de la publicité et, au-delà, la stratégie des créateurs du produit et du message. J’ai ensuite proposé ce document sur Internet, estimant qu’ilpourrait peut-être intéresser d’autres personnes. Et en effet, plusieurs étudiants en marketing, communication, sciences du langage, etc., m’ont fait le plaisir d’y trouver quelque valeur. Ces échanges sont autant d’occasions pour moi de la relire et d’y déceler néanmoins, avec le recul, quelques maladresses que je tente de corriger a posteriori, ou que je choisis de laisser au contraire. Ce documentest le fruit d’une recherche qui s’est parfois faite un peu « à tatons » ; il en porte nécessairement les stigmates1.

À propos de la publicité analysée
Cette analyse portera sur la publicité pour les produits parfumés de Dior « J’adore » (au premier rang desquels figurent l’eau de parfum et l’eau de toilette), lancée officiellement en septembre 1999, telle qu’elle a été déclinée sur affiche,PLV ou encore annonce presse. En d’autres termes, nous nous intéresserons avant tout à l’image fixe, même si j’aborderai aussi, entre autres images, les apports du film publicitaire dans la compréhension du message. Je présente sur la première page une version à l’italienne (à l’horizontale) de cette publicité, bien que d’autres versions (comme cette version à la française ou à la verticale,reproduite ci-contre2) existent et aient été peutêtre plus utilisées et donc davantage vues dans les rues (affiches), magasins (publicités sur le lieu de vente, PLV), magazines (annonces presse), etc. Cette diversité des supports et des formats implique des variations dans la disposition des composants de la publicité, principalement dans l’articulation entre textes et photographie(s). Je ne tiendrai...