Analyse du personnage de la présidente de tourvel dans l'oeuvre les fleurs du mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3095 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche du personnage de la Présidente de Tourvel
*analyse faite dans le livre Les Liaisons Dangereuses de Laclos, édition GF Flammarion.

Le personnage de la présidente de Tourvel fait partie de la haute société et on peut le voir par le substantif « présidente » qui la définit. Grâce aux descriptions faites par le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil dans les lettres IV,V et VI, l’ondécouvre que c’est une jeune femme de 22 ans(l.VI, p.88) liée par un mariage arrangé, depuis deux ans, au président de Tourvel se trouvant à Dijon pour un procès (l.V p.86). Elle se décrit dans la lettre LVI, p.118, comme étant : « [..]chérie et estimée d’un mari que j’aime et respecte et mes plaisirs se rassemblent dans le même objet », ce qui nous indique que même étant un mariage arrangé, elleaime sincèrement son mari.
Physiquement, elle est décrite comme ayant de belles formes, symboles de beauté pour la société du 18ème siècle : « […]un déshabillé de simple toile me laisse voir sa taille ronde et souple . »(l.VI, p.90) et Valmont ajoute que :  « […] toute parure lui nuit ; tout ce qui la cache la dépare : c’est dans l’abandon négligé qu’elle est vraiment ravissante. » (l.VI,p.90), ce qui montre qu’il s’agit réellement d’une belle jeune femme. Elle a comme habits : « une seule mousseline [qui] couvre sa gorge[…] ».
La présidente de Tourvel tient la place la plus importante dans ce roman épistolaire, après les personnages libertins ,Valmont et Merteuil, étant le sujet récurrent dans la correspondance des deux manipulateurs ; même n’ayant envoyé que 24 lettres. Valmontprojette une image d’elle comme étant une femme pure, joyeuse, mais également différente des autres femmes de la société :  « […] elle n’a point, comme nos femmes coquettes, ce regard menteur qui séduit quelquefois et nous trompe toujours », « […] elle offre une image d’une gaïeté naïve et franche ! » , « [...] son regard annonce la joie pure et la bonté compatissante » .(l.VI, p.90) Valmont estfasciné, car Tourvel a une beauté à la fois dans l’être et dans le paraître ce qui la différencie des autres femmes. Puis, sa foi et sa charité ne sont nourries que par une pure gentillesse sans désir de vouloir quoi que ce soit en contrepartie: « […]par la joie pure et la bonté compatissante" (l. VI, p.90).
  Ce personnage sort du couvent et a peu de connaissances sur la société et estaccoutumée à n’être entourée que par des gens respectables : «  Accoutumée à n'inspirer que des sentiments honnêtes, à n'entendre que des discours que je puis écouter sans rougir[…] » (l.XXVI, p.131). Elle ignore la manipulation et l’hypocrisie de la société où règne le libertinage. Madame de Volanges, qui lui est proche et souhaite protéger sa réputation, la met en garde sur les agissements libertins etla réputation du vicomte de Valmont en lui rappelant qu’elle est bien trop inexpérimentée: « Dans la vie sage et retirée que vous menez, ces scandaleuses aventures ne parviennent pas jusqu’à vous. » (l.IX, p.96).
En effet, Madame de Tourvel est pure et aveuglée, croyant qu’il existe de la bonté chez chacun : « […] mais vos regards, purs comme votre âme, seraient souillés par de semblablestableaux : sûre que Valmont ne sera jamais dangereux pour vous, vous n’avez pas besoin de pareilles armes pour vous défendre. » (l.IX, p.96). Prévenue par Volanges, elle réplique en disant : « […] je m’arrête à cette idée qui me plaît » (l.XXII, p.122) ; sa naïveté et son inadaptation à la société font qu’elle est une proie facile pour Valmont, car elle est incapable de voir le mal qui l’entoure. Cetaveuglement est dû à son éducation. Elle est dévouée à la religion : « Une messe chaque jour, quelques visites aux pauvres du canton, des prières du matin et du soir, des promenades solitaires[…] (l.IV, p.86), et elle refuse de croire aux préjugés et aux rumeurs concernant Valmont, mais préfère suivre ses instincts, qui lui disent que Valmont est un « bon enfant » et n’est , je cite : « […]...
tracking img