Analyse du roman "a l'ouest rien de nouveau" de erich maria remarque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2819 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A L’OUEST RIEN DE NOUVEAU

I/ Introduction

Le romancier allemand Erich Maria Remarque, de son vrai nom Erich Paul Remark tient sa notoriété internationale principalement grâce à la publication de son roman de guerre pacifiste A l’ouest rien de nouveau paru en 1928. Remarque n’avait que 16 ans au début de la première guerre mondiale, mais 2 ans plus tard il est mobilisé par l’armée et envoyésur le front de l'ouest en juin 1917, où il sera blessé. Mais il est devenu pacifiste dans les tranchées et c’est ce sentiment qui lui a inspiré ce roman mondialement célèbre, qui sera brûlé par les nazis lors d’un autodafé ayant provoqué la fureur des milieux nationalistes (qui l’accusaient d’affaiblir le moral de la nation). Ses autres oeuvres L’Ile d'espérance, L'Etincelle de vie et Arc detriomphe ont pour thèmes les désastres de la guerre et le déclin de la civilisation dans l'Europe moderne. C’est pourquoi Remarque est représentatif des écrivains allemands anti-nazis.

II/ Quels thèmes sont abordés par l’auteur ? Et en quoi se présente il comme un écrivain engagé ?

A l’ouest rien de nouveau peut être considéré comme un roman autobiographique puisqu’on retrouve Remarque chezPaul Bäumer, l’héros du livre. On observe des similitudes entre la vie de Paul et celle de l’auteur, même si une des différences réside dans le fait que Paul est volontaire alors que Remarque ne l’était pas. C’est pourquoi l’auteur trace un portrait tragique, froid et nu sur l’horreur des tranchées et du non-sens de la guerre avec tant de précisions, lui-même ayant vécu l’atrocité de la guerre14-18 du côté allemand. L’auteur aborde dans son livre plusieurs thèmes.
• Remarque tout au long du récit décrit les conditions de la vie des soldats pendant la guerre. La nourriture est l’une des choses les plus importantes (avec le repos) chez le soldat. De nombreux passages y sont consacrés : «Plus que tout autre homme, l'estomac et la digestion sont pour le soldat un domaine familier. Il en tireles trois quarts de son vocabulaire… Il est impossible d'employer d'autres façons de parler aussi brèves et aussi claires… ici c'est la langue universelle.» Pourtant celle-ci y est très pauvre, manque et pratiquement immangeable. Mais puisque la fin tiraille les soldats, ils mangent tout de même, et vont parfois voler ailleurs, afin d’avoir un minimum vital et avant que les rats dévorent tout. Eneffet, particulièrement au front, les rats ravagent les campements et tranchées et sont si nombreux qu’ils courent sur les hommes qui ne peuvent alors plus dormir. Les poux, de corps comme de cheveux, sont l’autre fléau des hommes. Tout est infesté, rien n’y résiste. Les latrines à la guerre sont communes, et elles sont tout d’abord une gène, de par leur voyeurisme, leur odeur tenante et leurmanque d’hygiène, mais elle deviennent ensuite un plaisir pour ceux qui les utilisent : une sorte soulagement général ou on y joue parfois aux cartes. Les cartes sont une de leurs grandes occupations, qui permettent de distraire un peu les soldats, à part fumer des cigarettes. « Sans tabac, que serait le soldat ? La cantine est pour lui un asile, la bière est plus que de la boisson, c’est l’indiceque l’on peut sans danger étendre et étirer ses membres. »
• Les soldats sont confiés de différentes tâches. Le front en est la plus atroce, c’est « une cage dans laquelle il faut attendre les évènements ». Remarque explique que la survie n’est qu’une question de chance est de hasard, personne ne peut savoir où et quand vont tomber les obus et autres munitions. « Ce n’est que parmi les hasards quechaque soldat survit, et chaque soldat a foi et confiance dans le hasard. » Ils ont peur de la mort, et ont peur de l’attaque, la tension y est constante, les horreurs des morts et des blessés sont partout. Paul et ses compatriotes ont du aller faire des travaux de retranchement ou encore évacuer des villages pris d’assaut. Ce sont des tâches plus appréciées des soldats, car moins dangereuses et...
tracking img