analyse excipit roman L'Etranger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1097 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique 4
Excipit du roman L’Etranger,
De CAMUS

P 182-184

Passage : - à mettre en parallèle avec l’incipit du roman -> pour voir la transformation du personnage narrateur = Meursault )
-montre M en prison mais contrairement au passage précédent où il était en proie avec la colère il est apaisé et calme. Après avoir vu l’aumônier sortir, M retrouve la paix de l’univers, selivre à une réflexion sur la mort + l’absurde lucide et revendiqué qui débouche sur le bonheur.
Passage composé en 3 mouvements :
L-1 à 12 -> « à jamais indifférent »
=> Retour au calme dans un moment de symbiose avec la nature
L-13 à 23 -> « de pleurer sur elle »
=> souvenir de sa mère
L23 à la fin
bilan de sa propre vie
Pronom personnel utilisé « lui » = l’aumônier, il crée une mise àdistance du personnage
idée d’apaisement après la grande colère qui s’était emparée de lui, termes très forts utilisés « épuisé », « jeté » renvoient à la violence de cette colère -> fatigue physique + morale => profond désir de repos exprimé ici
Verbe « croire » montre perte de la notion du temps + de la réalité -> « je crois que j’ai dormi » ex.
M. vit en communicat° avec l’univers cosmique +les étoiles qui véhiculent une connotation de guide, de vérité => matérialisation de ces éléments lointains inaccessibles com pour montrer que M. peut prouver sa vérité qu’en lui-même
M. -> à l’écoute de la nuit => tous les sens éveillés + audition mise en avant
- Puis sensation olfactive « des odeurs » indifférenciées, ont des précisions par les compléments de nom « de terre », « denuit », « de sel »
La nature est pr la nuit la totalité (ciel,terre,mer ) un réconfort pour lui (physique + morale)
idée de fraîcheur « rafraîchissais » « comme une marée » « sel » « nuit » /
fraîcheur et apaisement / à chaleur + aux agressions du soleil durant l’enterrement
M atteint un état d’équilibre parfait avec l’univers cosmique (registre lyrique, recours à l’imparfait, retour à latranquillité)
Quiétude troublée par un bruit vécu sur le mode de l’agression -> rupture temporelle produite par - le complément circonstanciel de temps « à ce moment »
le changement de temps
bruit perçu renvoie au monde civilisé «  ces sirènes appelent les hommes à se rendre à leur travail »
/ par rappotrt à l’organisation sociale, M = solitaire, presque marginal => adverbe « maintenant » ->présent, « à jamais » -> au futur avec caractère définitif
Deux termes qui donnent + de poids à l’adjectif « indifférent » = face à la mort tout parait égal
souvenir de sa mère = thème récurant du roman, idée liée à la mort
Fin du roman à mettre en // avec l’incipit et notamment la phrase « Aujourd’hui, maman est morte. » -> Camus présente M comme un très bon fils qui prend sa mère pr modèle ce qui/ à la façon dt il est perçu par la société (L.14 à 17)
M s’intérroge avec prudence « il m’a semblé » et tente d’analyser le comportement de sa mère à la fin de sa vie (ex.)
Verbe « jouer » revoie à l’idée selon laquelle la vie est juste une vaste comédie + désir de chaque être humain à maintenir l’illusion
Terme « fiancé » insiste sur le caractère dérisoire de cette vie
M établit un //entre la prison et l’asile dans lequel vivait sa mère
Procédé d’insistance « là-bas » qui signifie que ailleurs le destin est le même
M prête à sa mère sa propre conception du monde + accède à la révélation selon laquelle la condit° humaine est absurde mais fait de l’accepter, l’assumer = gage de liberté
M récuse toute forme d’apitoiement, de regret à l’égard de la mort de sa mère ->« personne » crée un effet lyrique, refus qui vise les autres + lui-même (L-22-23)
M établit un nouveau // avec sa mère aux lignes 23-24 mettant en valeur les similitudes de penser et d’attitude -> terme « prêt » renvoie à sa lucidité, sa prise de conscience de condamné
Lignes 25 à 28 -> phrases chargées en émotion deviennent + amples, explosion de colère + révolte manifestées face à l’aumônier lui...
tracking img