Analyse florian, la fable et la vérité

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1806 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ecrivain français du XVIII° siècle et petit neveu de Voltaire, Jean-Pierre Claris de Florian fut notamment connu et reconnu pour ses talents de fabulistes. Il entre à l’académie française en 1788 mais il mourra suite à la captivité qu’il dut subir lors de la Révolution en 1794.
En 1792, Jean-Pierre Claris de Florian publie la fable et la vérité, premier apologue satirique de son recueil :Fables. Par ce texte l’auteur met en scène deux femmes, la fable richement vêtue et la vérité vieille et nue, personnification de la vérité et du mensonge.
Aussi pouvons-nous nous demander comment l’auteur s’y prend-il pour transmettre sa morale.
Nous verrons tout d’abord la double personnification présente dans ce texte, avant de porter notre attention sur la dimension polémique de cette fable.I. La double personnification
A L’hideuse vérité...

• Une personnification péjorative

vers 1 à 6 = présentation péjorative de la vérité.
- « La vérité toute nue » = personnification qui se prolongera tout au long de la fable. Nudité => pauvreté. « ses attraits par le temps étaient un peu détruits » = la femme est vieille et laide. (« Vielle femme n’obtient plus rien »). « par le temps » =Elle était belle autrefois. « Sortit un jour de son puits. » = abîme dans lequel la vérité due rester cloîtrer = sentiment de rejet (« jeunes et vieux fuyaient à sa vue »). Toute la société est représentée et fuit devant la vérité. Le rejet se ressent également dans « La pauvre vérité restait là morfondue, sans trouver un asile où pouvoir habiter » et « Aux passants je demande en vain de medonner une retraite, je leur fais peur à tous : hélas ! Je le vois bien, vieille femme n’obtient plus rien. ». Par ces deux citations nous pouvons noter le rejet et la tristesse ressentie par la vérité. Celle-ci demande un gîte mais fait fuir tous ceux à qui elle le sollicite. De plus, le narrateur externe et omniscient de ce texte trahit sa position avec l’adjectif « pauvre » : il est compatissent cequi accentue un peu plus la pitié ressentie par le lecteur. L’exclusion de la vieille femme par la société se note par la présence de termes caractérisant des lieux, mis en relation par d’autres représentant la solitude, la pauvreté ou la tristesse comme « toute nue » (mit pour la pauvreté) et « puits » (caractérisant son habitation précaire), « là » (adverbe qui indique qu’elle traîne), «morfondue » (tristesse) et « asile » (foyer décent), « chemin » (se rapproche avec « là ») et « seule » (solitude).
- On remarque quelques allitérations dissonantes dans la description de la vérité comme par exemple en « -té » où le son produit n’est pas mélodieux. Ce qui met un peu plus le lecteur dans la condition choisie par l’auteur.
Ainsi, la vérité est personnifiée en une femme, pauvre, laide,nue, sans foyer, seule, triste et rejetée de la société.

B ...qui s’oppose à la beauté de la fable

• Une personnification méliorative

A partir du 7ème vers entre en scène une nouvelle femme : la fable.
- Comme pour la vérité, la fable est une personne comme nous l’indique des personnifications comme « richement vêtue », « dit-elle »...
- « A ses yeux vient se présenter » la fable estplus sociable que la vérité ; elle n’hésite pas à venir voir cette dernière. On remarque aussi que tout au long du texte, la fable maîtrise le discours. En effet l’interjection « Eh ! » dans « Eh ! Vous voilà ! Bonjour, dit-elle » montre qu’elle n’a aucune difficulté à aller voir les autres. Il semblerait qu’elle soit plus extravertie.
- De plus, « cela n’est pas adroit : tenez arrangeons-nous »montre que la fable semble avoir le cœur sur la main, elle semble être prête à aider la vérité...
- Cependant, elle pose une question « Pourquoi vous montrez-vous toute nue ? » sans en attendre la réponse. Elle tente en effet de séduire, voire de corrompre la vérité pour parvenir à ses fins. Elle veut être bien vue de tous comme nous l’indique la suite de sa réplique : « Chez le sage, à cause...
tracking img