Analyse le mariage de figaro

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1359 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Siècle marqué par une autorité relâchée et un règne remplie d’indécision, le XVIIIe siècle (1715-1800), aussi appelé le siècle des lumières, voit le déclin et la chute de la monarchie absolue française installé par Louis XIV. Ce siècle désigne la victoire de la raison sur les ténèbres. Les philosophes s’intéressent essentiellement aux problèmes d’ordre politique, social et religieux, leursactions prennent la forme d’un combat afin de faire valoir de grandes revendications humaines. Le début du siècle est marqué par le règne de Philippe d’Orléans qui devient le symbole même du libertinage. Le pays tombe en crise économique et la population conteste l’autorité politique, c’est la révolution française. Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1729-1799) est un écrivain et dramaturge français,c’est aussi un révolutionnaire, et son œuvre Le mariage de Figaro est perçu comme une œuvre révolutionnaire qui, avec comédie, traite des nombreux abus qui désolent la société. Elle raconte l’histoire de Figaro, devenu concierge du château qui doit se marier à Suzanne. Cette dernière est courtisée par le Comte Almaviva, lassé de son épouse, qui voudrait obtenir un rendez-vous avec elle. Suzanneavise Figaro des intentions du comte. De l’autre coté, il y a Marceline qui prêtait de l’argent a Figaro, désirait de le marier si il ne le rendait pas.
L’hypothèse veut que Beaumarchais ait écrit cette pièce afin de remettre en cause l’autorité et les abus qui désolent la société. Beaumarchais dénonce dans cette pièce la liberté d’expression, le statut de femme et l’injustice de l’organisationsociale. Au bout du compte, dans sa satire, Beaumarchais redéfini certains statuts de la société et le rôle de l’autorité.

Beaumarchais a transposé plusieurs aspects de la société du 18e siècle dans son œuvre. Ses œuvres ont souvent été victime de censure par l’autorité et certaines lui ont même valut un séjour en prison. À travers Figaro, l’auteur dénonce, avec ironie la liberté d’expression etcritique les emprisonnements courant que les auteurs doivent subir. À travers un monologue, Figaro porte une réflexion sur sa vie et décris toute sa manière de penser, on peut sentir toute l’émotion du personnage qui se sent trahi et envahi par le sentiment d’échec. Figaro s’exprime alors librement contre les injustices. Il dénonce la liberté d’expression inexistante et s’en prend à ces hommesde pouvoirs qui les décrit avec ironie comme de petits hommes, «je lui dirais… que les sottises imprimées n’ont d’importance qu’aux lieux où l’on gène le cours; que sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur; et qu’il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits» (Acte 5, scène 3). «Et que, pourvu que je ne parle en mes écrits, ni de l’autorité, ni du culte, ni de lapolitique ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en décrit, ni de personne qui tienne à quelque chose, ni de l’opéra, je puis tout imprimer librement, sous l’inspection de deux ou trois censeurs» (Acte 5, scène 3). Par ces paroles, Figaro revendique la liberté d’expression, il décrit la censure avec humour et utilise l’ironie. Son ironie critique ces gens responsable de la censurequ’il qualifie d’hypocrite. On peut aussi constater la présence de l’anaphore par la répétition de ‘ni’. Beaumarchais ridiculise l’autorité, il la décrit comme étant incapable de prendre des décisions et en utilisant cette ironie, l’auteur

Dans sa pièce, Beaumarchais dénonce la condition de la femme du XVIIIème siècle. Les femmes étaient alors considérées comme un objet qui devait se soumettre àla volonté des hommes. On retrouve dans certains actes de Figaro les idées de Beaumarchais qu’il transpose dans cette pièce. Le libertinage tient une place importante dans la société du 18e siècle, période où les hommes se permettaient d’avoir plusieurs maitresses. Les désirs du comte Almaviva sème le désordre dans le couple de Figaro et Suzanne et le coupe Almaviva, le désordre que ce désir...
tracking img